logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h10 sur France 3

– C'est un peu un aboutissement. On a eu envie de remercier et surtout de célébrer les chevaux qui nous ont généreusement servi pendant plus de 30 ans. Notre compagnie, c'est moitié hommes, moitié chevaux. Notre idée, c'était de nous retirer et de les servir. Ce sont les chevaux qui sont les acteurs.
– On regarde un extrait "Ex Anima"... Airjoué à la flûte et chants d'oiseaux. Air contemplatif à la guimbarde.
– Les tableaux s'enchaînent, comme des danses au rythme des flûtes, une bulle de poésie... La musique a toujours été décisive dans votre travail?
– Bartabas : Déjà, c'est toujours avec des musiciens vivants, en L'idée, c'était de s'appuyer sur un rituel qui mélange plusieurs cultures. Avec comme base que l'instrument soufflé...
– Le fil rouge est de rendre hommage aux chevaux. Un animal qui a toujours servi l'Homme pour être aujourd'hui un animal de loisirs...
– Bartabas : Chaque scène est un peu un poème qui célèbre les L'idée, c'est de célébrer nos partenaires et aussi ce que le cheval a apporté à l'humanité. Cela célèbre toutes les facettes du cheval et tout ce qu'il a apporté à l'humanité.
– Je pensais qu'il fallait des années pour avoir de tels acteurs sur scène mais vous avez dit non?
– Bartabas : Il n'y a pas de règle. Ils rentrent dans la compagnie et ensuite, ils passent leur vie à La plupart des tableaux ont été presque des improvisations des chevaux. Et maintenant, ils jouent à faire ce qu'ils nous ont proposé!
– Certains ont eu des parcours accidentés avant de croiser votre Ce sont souvent des animaux sauvés de la boucherie ou que le hasard
– Bartabas : Souvent, on les donne. Ils sont tellement avec nous, ils travaillent au quotidien, on ne peut pas les mettre brutalement à la retraite. Un peu comme les gens! Je viens de mettre un cheval à la retraite, il est arrivé à 5 ans et il a maintenant 30 ans...
– Quelle est l'origine de cette grande passion pour le cheval?
– Bartabas : Je n'en sais rien. Il faudrait peut-être demander à un psychanalyste! En plus, mes parents n'étaient pas du tout dans les chevaux... Et je suis né à Courbevoie, il n'y en a pas beaucoup! Mais j'ai toujours été fasciné par cet animal. Petit à petit, c'est devenu un mode d'expression. Le cheval est un instrument, au sens noble du terme, pour m'exprimer.
– On voit vos partenaires que vous avez magnifiés façon Harcourt... Vous êtes toujours resté dans un enclos, avec votre compagnie..