logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le dimanche 13 janvier 2019 à 0h10 sur France 3

–  J'ai peur que cela en vienne aux mains et que cela dégénère, je ne suis pas d'accord.
– La situation dégénère rapidement. Tirs de grenades lacrymogènes, charge des policiers, des affrontements sporadiques ont duré tout l'après-midi. Quelques feux de poubelle mais pas de casse, pas de voitures brûlées ni de commerces attaqués. Ce soir, on compte onze blessés dont deux CRS. La police annonce aussi avoir procédé à une vingtaine d'interpellations préventives en marge de la manifestation pour des barres de fer et des billes de métal retrouvées dans des voitures.
– 5.000 personnes à Marseille, mobilisation identique à Bordeaux et des actions menées également dans de petites localités. Là encore, des affrontements ont éclaté entre manifestants et forces
– Feux de palettes, jets de pierres: jusqu'en début de soirée, des échauffourées violentes ont continué dans le quartier de où 35 interpellations ont eu lieu. Car pour son 9e épisode, le mouvement est loin de désarmer. A Marseille, ils étaient près de 3.000 sous le soleil et toujours les mêmes revendications...
– MACRON, DEMISSION!
– Sa légitimité est remise en question, c'est important que le message arrive jusqu'à lui.
– A Saint-Brieuc, une centaine d'automobilistes avaient lancé une opération escargot sur la rocade de la ville. Un mouvement structuré et encadré par les "gilets jaunes".
– On a une sécurité, des secouristes, des motards, on fait rassemblement s'est heurté à la police.
– On ne peut rien faire et après, on nous accuse de forcer! On ne peut pas manifester dans ce pays!
– Au Touquet, des rassemblements de protestataires ont eu lieu à considéré comme un symbole de richesse. Ils ont pris possession des pistes, rendant impossible la tenue des courses, avant d'être finalement délogés par les CRS.
– Et au terme de cette journée, 244 personnes ont été interpellées, 201 placées en garde à vue. Autre constante: chaque samedi, de nombreux journalistes sont pris à partie par des manifestants. Une équipe de LCI a été violemment agressée à Rouen, notre équipe également à Bourges.