logo Le moteur de recherche de la télé

Le grand échiquier


diffusion le jeudi 20 décembre 2018 à 21h00 sur France 2

capture
–  A.-S. Lapix : On regarde les images... "La Marseillaise".
– D. Auteuil : Alors là, on vous suitjusqu'au bout du monde!
– R. Alagna : C'est fait pour ça, cet hymne est fantastique. Il est souvent décrié, moi je le défends. On confond souvent ce qui est écrit, ce n'est pas du tout quelque chose de guerrier, "le sang impur", ce n'est pas celui des autres mais c'est le sang impur par rapport aux nobles. C'est notre propre sang, qui est impur, par rapport au sang des nobles.
– D. Auteuil : Est-ce que c'est Rouget de Lisle qui l'a chanté en Premier?
– R. Alagna : Non, il l'a composé. Et ça, c'est l'arrangement de Berlioz.
capture
– A.-S. Lapix : Vous avez dansé le "Boléro" de Ravel dans deux versions différentes...
– A. Dupont : Oui, deux versions. D'abord à l'opéra Garnier, une dizaine de danseurs, c'était un grand moment, tout le monde tournait sur place avec un effet de Etj'ai aussi dansé le "Boléro" de Béjart.
– A.-S. Lapix : Là, c'est de la transe, vous êtes une sorte de déesse avec des disciples qui vous adulent...
– A. Dupont : La partition est incroyable, avec ce rythme envoûtant, qui monte, qui dure quinze minutes... On est sur une table rouge, avec des hommes à nos pieds. On est en transe parce que déjà physiquement, c'est très difficile, fin on est épuisé. J'ai eu la sensation que mon esprit quittait mon corps, que j'étais en transe. Très souvent, les danseurs qui ont dansé cette pièce ne se souviennent pas des dernières minutes, on est ailleurs.
– A.-S. Lapix : Vous avez déjà été en transe sur scène, Aleksandra?
– A. Kurzak : Ça dépend...
– R. Alagna : Je voudrais déjà vous féliciter parce que ce "Boléro" de Ravel, on croit que c'est simple, mais c'est très difficile, le rythme et la mélodie.
– A. Kurzak : Quand j'étais petite, j'avais 10 ans... Souvent, on est dans la salle de bains, elle a sa serviette autour des cheveux et elle me chante le "Boléro", avec le rythme et la
– A. Kurzak : C'était le concours à l'école!
– A. Dupont : Cette partition a été créée plus ou moins pour une danseuse des ballets russes. A l'origine, elle était pour être dansée.
capture