logo Le moteur de recherche de la télé

La drépanocytose, la douleur en héritage


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 6h00 sur France 2

– Némy ! Mon ami ! Je t'examine comme ça ! On soulève ça même s'il fait froid ! On fait comme ça. Et puis, qu'est-ce que je fais ? J'écoute quoi? Le coeur. Pla pla pla ! J'examine le coeur pour apprécier s'il y a un souffle cardiaque. Ou s'il y a un bruit anormal. Si la fréquence cardiaque n'est pas trop rapide. Ça me permet de savoir s'il est facilement essoufflé ou pas. Après, j'ausculte un autre système important, les poumons. Ça me permet de savoir s'il respire bien. S'il y a des bruits anormaux, ça diminue l'oxygénation des globules rouges. Les sujets drépanocytaires doivent être bien oxygénés. Doncj'essaie d'exclure la présence d'une pneumopathie, d'une infection, etc. Après, l'abdomen, c'est pourvoir s'il n'y a pas des organes qui ont augmenté de dimension. C'est le cas de la rate, une grosse rate, c'est souvent un signe d'appel Mais c'est aussi une complication. On palpe le foie pour savoir aussi s'il a une douleur au foie. Parfois, c'est un signe de l'existence de petits calculs, de lithiases, ce qui provoque des coliques biliaires, il peut parfois avoir des douleurs abdominales, on ignore pourquoi, il devient un peu jaune... C'est à cause de ces coliques. Et chez nos petits drépanocytaires, on palpe aussi la cavité abdominale pour percevoir s'il y a des morceaux de selles dures, des fécalomes. La constipation peut déclencher des crises douloureuses, abdominales et des crises généralisées. Oui, et tu dis "Ah...", c'est parfait ! Mais tu as quand même des grosses amygdales. Maman, est-ce qu'il ronfle parfois la nuit quand il dort?
– Il ronfle, hein.
– Oui. Et il dort avec la bouche ouverte ?
– Toi, tu ne sais pas parce que tu dors, tu ne peux pas dire. Les gros ganglions dans la bouche, les amygdales, lorsqu'elles sont hypertrophiées, elles réduisent la quantité d'air qui passe, l'enfant dort avec la bouche ouverte pour forcer le passage, parce qu'il y a un obstacle et souvent, ce sont des éléments responsables des crises fréquentes, des crises vaso-occlusives. Donc à chaque consultation, il faut vraiment faire ce bilan.