logo Le moteur de recherche de la télé

La drépanocytose, la douleur en héritage


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 6h00 sur France 2

– Aujourd'hui, je vais parler d'un sujet que tout le monde connaît, je vais parler de mes médicaments, que ce soit les médicaments quotidiens ou les antalgiques. Le siklos permet d'espacer le nombre de crises chez les drépanocytaires, par an. C'est carrément passé de... à 1 crise par an. Mais le truc, il est gros, il est énorme ! Regarde-moi ça !
– Le siklos ou hydroxycarbamide réduit la fréquence des crises douloureuses chez la plupart des malades, sans les supprimer. Le patient drépanocytaire doit continuer comme Evelyne, de suivre en parallèle un lourd traitement.
– Comme d'habitude, je vous dis : prenez soin de vous et à bientôt dans la prochaine vidéo. Bye !
– En Guadeloupe, les malades sont suivis au centre hospitalier de Pointe-à-Pitre. Ici, un département associant médecins et chercheurs de l'INSERM leur est consacré : le Centre caribéen de prise en charge de la drépanocytose. A sa tête, le Dr Maryse Etienne-Julan, spécialiste de la maladie.
– L'hémoglobine malade, elle a un nom, c'est l'hémoglobine S, et l'hémoglobine S a un comportement particulier, quand la personne est déshydratée ou qu'elle manque d'oxygène. Les personnes malades produisent essentiellement de l'hémoglobine S, elles n'ont plus d'hémoglobine normale, et par conséquent, le sang n'arrive pas correctement au niveau des organes, ce qui est une source de douleurs. A côté de la douleur, il y a une anémie chronique, et toute une série de complications, qui peuvent survenir du fait de ces bouchons, de ces occlusions dans les petits vaisseaux.
– La majorité de la population a une hémoglobine normale, AA. Certains individus sont des porteurs sains du gène de la drépanocytose. Ils ne sont pas malades, il sont AS. D'autres personnes héritent de 2 gènes anormaux et sont malades, Un enfant ne peut être drépanocytaire SS que si son père et sa mère sont porteurs du gène S et le lui transmettent. Donc des parents AS auront à chaque naissance 25 % de chances d'avoir un enfant SS. Cet enfant SS aura besoin d'un suivi médical régulier.
– Nous sommes, nous en Guadeloupe, les 1ers à avoir mis en place un dépistage à la naissance, un centre bien identifié pour organiser la prise en charge globale de la maladie.