logo Le moteur de recherche de la télé

La drépanocytose, la douleur en héritage


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 6h00 sur France 2

– Une consultation décisive à l'issue de laquelle il saura s'il est enfin guéri.
– Bonjour, madame. Entrez ! Installez-vous, asseyez-vous. Comment ça va ? Tu peux retirer ton masque, ici, il n'y a pas de problème.
– Comment vas-tu ?
– Mais non !
– Au dernier rendez-vous, quand vous m'avez donné les résultats... même moi, je n'étais pas bien.
– Mais oui, parce que je n'ai pas autorisé le retour au lycée. Franchement, c'était trop juste. Ça se serait peut-être bien passé, mais si je te laisse aller trop tôt au lycée, tu fais une complication infectieuse, ça entraîne la maladie du greffon contre l'hôte, on t'hospitalise de nouveau, on reprend une intensification de traitement, au total, tu vas perdre des mois et des mois. Et moi, je n'aurais pas bien fait mon boulot. Bon, on va regarder tout ça. Vas-y, respire. Quand tu fais du sport, tu n'es pas essoufflé ?
– Quand on regarde ton sang, on ne regarde pas dans la moelle, ça n'a aucun intérêt, mais dans ton sang, on ne voit plus que des cellules du greffon. Donc ta moelle drépanocytaire a complètement disparu, donc tu n'es plus drépanocytaire.
– Vous me confirmez qu'il n'a plus la drépanocytose ?
– On en a parlé pendant son examen clinique, il n'est plus drépanocytaire. Pour moi, tout va parfaitement bien et comme ça doit aller. Je n'ai pas de souci. Il y a un moment où c'est terminé, il n'y a plus de médicaments. C'est un vrai changement, c'est le passage d'un état de malade à un état de non malade. En drépanocytose, c'est la maladie qu'on greffe le mieux. Il n'y a pas d'autres maladies où on a d'aussi beaux résultats.
– Fort de cette bonne nouvelle, Salif et sa mère rendent visite au Dr Holvioet, le pédiatre qui dirige le service où il a été hospitalisé de nombreuses fois depuis son enfance.
– Comment tu vas ?
– Je vais bien.
– Vous venez d'avoir la consultation avec le Pr Dalle ?
– C'est ça.
– Et tout va bien ?
– Oui, ça y est, je n'ai plus de drépano.
– Ca, c'est une bonne nouvelle ! C'est évident a posteriori qu'il fallait faire la greffe ?
– J'ai été réfractaire à la greffe, à cause des risques, les risques...