logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 3h00 sur W9

– A l'hôpital, les policiers découvrent la mère de l'adolescent totalement bouleversée. Elle craint que son fils garde des séquelles.
– Il allait faire les France, Ça fait 13 ans qu'il fait du judo. Il a 16 ans.
– Si c'est quelqu'un de sportif, il va se rétablir.
– Après, s'il y a des choses qui persistent, des choses qu'il ne pourra plus faire dans sa vie...
– Le garçon s'en tirera avec une double fracture de la jambe. Après rééducation, il pourra reprendre le judo. Pour Nathalie, accusée à tort d'avoir provoqué la mort de sa passagère en scooter, c'est la fin d'un cauchemar. Elle est aujourd'hui lavée de tout soupçon. Mais l'histoire lui laisse un goût amer.
– En garde à vue, j'étais persuadée que c'était moi. Quand elles m'ont dit la vérité, j'étais soulagée. C'est bien qu'elles me l'aient dit, elles auraient pu pas me le dire. On dit que ça arrive qu'aux autres jusqu'à ce que ça nous arrive.
– Nathalie est venue au commissariat pour récupérer quelques affaires restées dans le coffre de son deux-roues.
– C'est à vous ?
– Ouais, c'est mes affaires. Je laisse le cadenas dedans ?
– Nathalie va reprendre le cours de sa vie. Elle n'oubliera jamais cette tragique soirée de fête. Pour éviter ces drames, la boîte de nuit qui organise les soirées étudiantes à Vannes a décidé de réagir. Pour dissuader les fêtards de prendre leur véhicule, l'établissement met à leur disposition un service de navettes gratuites. Cris festifs
– Vous prenez la navette ?
– Oui. On n'est pas en état de conduire. Ily a une navette gratuite, c'est pratique.
– C'est super, au top ! Bonne soirée !
– Parce qu'il avait refusé l'entrée à la victime de l'accident et à ses copines, Hervé, le patron, de toute responsabilité. Pourtant, il n'arrive pas à oublier ce drame qui a coûté la vie à une jeune fille de 20 ans.
– Humainement, est-ce qu'on a bien fait notre travail? Si elles étaient rentrées, on les aurait pas laissé repartir dans cet état-là et elles auraient pu récupérer. Oui, je suis tranquille pénalement, mais dans ma tête, c'est des choses qui m'attristent. Humainement, je sais pas si on a bien fait.