logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 2h40 sur TF1

– Restons-en à des modes d'action pacifiques, qui permettent d'avoir un soutien large de l'opinion. C'est comme ça, en créant ce rapport de force, que le gouvernement cédera encore sur d'autres sujets.
– Les différentes manifestations qui s'organisent, j'ai vu des syndicalistes lancer aujourd'hui un appel à une manifestation et évidemment, il faut que ces manifestations se déroulent dans le calme, qu'elles soient pacifiques et qu'elles permettent à la fois de manifester des aspirations, mais effectivement, qu'elles se fassent de la manière la plus calme possible pour que nous puissions continuer à mener un débat puissant et serein dans ce pays. C'est l'état d'esprit de la majorité de celles et ceux qui manifestent, qu'ils soient Gilets jaunes ou pas, et qui ont envie de trouver des issues politiques, démocratiques. Ce qui m'inquiète, c'est que dans le débat d'aujourd'hui, on nous explique qu'il n'y a que 2 solutions. Soit, c'est la fuite en avant libérale d'un côté, ou soit c'est le danger grave du national populisme. C'est pour ça qu'il faut rouvrir le débat politique pour ouvrir d'autres issues, d'autres perspectives, d'autres alternatives. Il faut rediscuter du budget, de comment nous pouvons agir concrètement pour le pouvoir d'achat. C'est une urgence aujourd'hui. C'est ce qui nous est renvoyé par le pays et ces mobilisations. Il faut que tout cela soit entendu. Pour que les choses se déroulent dans le calme, il faut aussi que le gouvernement prenne ses responsabilités et qu'il entende ce qui est en train de se passer.
– A.Gindre: Qu'en ditjustement la majorité? Comment les députés qui soutiennent Emmanuel Macron comprennent-ils ce mouvement des Gilets jaunes? Comment l'analysent-t-ils? La réponse de Gilles Le Gendre, président du groupe LREM Il disait cette semaine son soutien au gouvernement
– M. le Premier ministre, vous l'avez rappelé, le pays est confronté depuis plusieurs semaines à l'expression d'une colère qui vient de loin. Qui peut croire un seul instant qu'elle vise exclusivement notre majorité et la politique que nous conduisons depuis 18 mois?