logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 2h40 sur TF1

– Tu veux pas te replonger et laisser Emile tranquille ?
– Cette preuve, je ne l'avais pas inventée. Voilà que d'un coup, elle disparaissait. Jean-Pascal voulait que je laisse tout tomber. Pourquoi me parlait-il comme ça ? Jusque-là, je n'avais soupçonné qu'Emile. Je commençais à me demander si cette histoire ne cachait pas autre chose. Jean-Pascal ne me disait pas tout.
– Certaine que son mari lui cachait quelque chose, Marion avait décidé de lui tendre un piège.
– Je vais faire des courses.
– T'en as pour longtemps ?
– Une heure tout au plus.
– Elle a bien trouvé le bout de bois. Je les ai récupérés.
– Il serait peut-être te
– Ouais. J'en ai marre d'être un pervers narcissique. Ou un serial killer. Je suis perdu.
– On y a été
– C'est pas vrai ! Jamais j'aurais imaginé que vous étiez tous de mèche. C'est quoi, cette histoire ?
– Marion, je tiens à m'excuser. J'ai accepté de faire tout ça parce que je suis fan de tes romans. L'idée d'essayer de te piéger m'amusait. Je pensais pas que ça irait jusque-là.
– Il serait temps que tu m'expliques.
– Mon amour... Viens, je vais t'expliquer. Assieds-toi, s'il te plaît.
– Je n'en revenais pas. Je venais de comprendre que depuis le début, ils étaient complices pour semer des indices sur ma route et me laisser échafauder toutes sortes de théories. Ils s'étaient arrangés... pour me faire craindre qu'Emile ne soit un pervers narcissique doublé d'un serial killer... Mais pourquoi avoir mis tout ça en place ?
– C'est moi qui ai coaché Emile. Pour qu'il te semble étrange. Je lui ai donné la réponse à l'énigme.
– Et Cécile qui voulait abandonner son travail ?
– Les indices de pervers narcissique, je les ai inventés. J'ai vu que tu te documentais sur la question. Il y a plus d'un mois.
– Et la disparition de la jeune femme ?
– Je me suis inspiré d'un fait divers du journal. Les sculptures, le couteau, le lien de serrage... C'était des indices pour toi.
– Parce que tu bloques. T'écris plus depuis des mois. Tout ce plan, c'était pour te faire redémarrer ton imagination. T'es heureuse quand tu écris. Je voulais t'aider.