logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 2h15 sur M6

– (Guitare électrique) (Mélodie lente) (Son de Kora) (Bruit du vent)
– Aaaah
– Oooh ah
– Je n'sais pas à quoi tu t'attendais Avec moi y'a pas d'histoires De "c'estjuste un ami" A qui tu veux faire avaler Que ton corps ne dérange pas Tes soi-disant amis Mais t'inquiètes pas Je ne doute pas de nous Ensemble on est stylés C'est pas une question de fidélité Le problème ne vient pas de nous Les hommes je les connais J'ai moi-même été de l'autre coté Oui j'ai fais du mal Aje n'sais combien de femmes Mais j'ai peur que tu deviennes Mon retour de flamme J'te dis que j'ai fais du sale Ma chérie tu es jolie Avec un corps impoli Les hommes sont sans pitié Interdit d'Ies approcher Avec le temps tu embellis T'es mieux que l'ex à Balotelli M'en veux pas d'me méfier Hommes-femmes y'a pas d'amitié Si je t'aime je suis jaloux Quand j'aime je suis jaloux Evidemment que je suis jaloux yeah Bébé tu es le mien T'es la femme de quelqu'un C'qui brille sur ta main Veut dire que tu m'appartiens Mon bébé tu es le mien Je n'sais toujours pas A quoi tu t'attendais Les hommes n'ont pas grandi Dans la logique De devenirjuste des amis Enlève moi tout de suite Toutes ces bêtises De ton esprit Soit pas naïve Non méfie-toi de tout De tout et de tout le monde En commençant par le sexe opposé Si j'te dis méfie-toi de tout C'est qu'mon tour Finira par arriver Yeah jaloux Je suis jaloux Ouh ouh ouh Même si j'ai confiance en toi Jaloux J'ai confiance en toi Mais je suis jaloux Oooh oh yeah (Yeaaah) Jaloux ouh ouh Oh oh ah (Musique douce) (La musique s'estompe) (Mélodie douce au piano)
– Bigflo et Oli Tu connais non ? Quand j'étais petitje pensais Qu'en louchant trop Je pouvais me bloquer les yeux Que les cils sur mes joues Avaient le pouvoir D'exaucer les voeux Que les adultes Disaient toujours vrai Et la nuit dans la voiture j'pensais Que la lune me suivait
– MAIS DEPUIS QU'EST-CE QUI A CHANGE 7 PAS GRAND-CHOSE JE N'AI PAS RANGE LES QUESTIONS QUE JE ME POSE
– On m'disait TU COMPRENDRAS PLUS TARD MAIS ON EST PLUS TARD ET JE COMPRENDS PAS
– Quand j'étais petit J'entendais un monstre Qui vivait sous ma maison Je pensais mourir dans la lave Si je marchais pas Sur le passage piéton Des photos en noir et blanc Les gens vivaient sans couleur J'étais sûr qu'un bisou de ma mère
– POUVAIT SOIGNER LA DOULEUR
– Aujourd'hui en grattant un ticket Je me vois millionnaire Je me dis tout ira mieux Si je souris à la banquière
– Aujourd'hui je me dis que Si j'attends Quelqu'un fera ma vaisselle Et que même si je vieillis
– MES PARENTS SONT IMMORTELS PLUS TARD, PLUS TARD (J'me disais) (Tout le temps, souvent) (Plus tard, ouais) (Ouh ouh) (Plus tard, plus tard) (Allez, allez) (Allez, ouh) (Musique pop douce) Now and then I think of when we were together Like when you said you felt so happy you could die I told myself you were right for me But felt so lonely in your company But that was love and it's an ache I stiIl remember You can get addicted to a certain kind of sadness Like resignation to the end Always the end So when we found we could not make sense WeIl you said we could stiIl be friends But l'Il admit that I was glad it was over But you didn't have to cut me off Make out like it never happened Ant that we were nothing And I don't even need your love But you treat me like a stranger And that feels so rough You didn't have to stoop so low Have your friends collect your records And change your number I guess I don't need that though Now you're just somebody thatI used to know (Mélodie de guitare lente) aIl the times you screwed me over But had me believe it was always something I had done But I don't wanna live that way Reading into every word you say You said that you could let it go And I wouldn't catch you hang up on somebody you used to know (Rythme pop, choeurs discrets) (Synthétiseurs distants) J'vais marcher très longtemps Etje m'en vais trouver Les poings qui redessinent J'vais chercher éhontément Les coups portés sur moi La violence facile J'vais marcher tout le temps Etje m'en vais forcer Les regards agressifs J'vais toujours au-devant Il me tarde de trouver Noël en mai,j'ai rien bu Bas de l'immeuble t'as rien vu Quand moi j'avance, furieuse Toute débaguée, les lèvres blêmes Attire à moi les oiseaux Le sang séché sur ma peau Les gens sourient de peur que Ma maladie de boxeur se prête Les idées claires que j'attends Le mauve émerge sur ma tempe La solitude, c'est parfait Quand ça tape Il n'y a personne qui pleure Fièvre au matin, nouvel air J'm'en suis fait J'vais m'en défaire Ah la blessure c'est plus rien J'ai connu la honte C'est, ah (-AU-DEVANT) (JE PARS TROUVER LA VIOLENCE FACILE) (-AU-DEVANT JE PARS) (TROUVER LA VIOLENCE FACILE)
– C'est, ah, ah, ah (Rythme pop, choeurs et synthétiseurs distants) (La musique s'estompe.