logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous la suite


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 1h20 sur France 5

– C'était il y a 14 ans.
– Karine Le Marchand : Ce n'est pas vrai!
– A.-E.Lemoine: De 2004 à 2009. E.Tchoungui vous avait succédé. Elle est notre invitée pour parler de son témoignage consacré à son fils. A tout de suite, Elizabeth.
– A.-E.Lemoine: A notre table, ce soir, l'animatrice préférée des Français, K.Le Marchand. Avant d'être chipée par M6, c'était l'un des visages de France 5 à la tête des "Maternelles", où lui a succédé E.Tchoungui. Bonsoir!
– Karine Le Marchand : Tu peux me dire merci d'être partie!
– A.-E.Lemoine: Vous ne lui avezjamais dit merci?
– Elizabeth Tchoungui : Merci, c'est l'occasion. J'ai passé 2 super années à la tête des "Maternelles" et ça m'a beaucoup servi pour la suite.
– A.-E.Lemoine: Vous l'évoquez dans vos nombreuses interviews à l'occasion de la sortie de votre livre. Puisque vous avez toutes les 2 animé les "Maternelles"... Karine, c'était?
– Karine Le Marchand : De 2004 à 2009.
– A.-E.Lemoine: C'était ily a longtemps. Que des bons souvenirs?
– Elizabeth Tchoungui : Oui. C'est une émission bienveillante. C'est un peu rare dans le paf, hormis "C à vous".
– A.-E.Lemoine: Et "L'Amour est dans le pré"...
– Karine Le Marchand : C'était surtout une émission militante. Il n'y en a plus assez.
– A.-E.Lemoine: Féministe?
– Karine Le Marchand : Pas que féministe. C'est une émission de femmes. Je fais la nuance. Une émission de femmes qui aiment les femmes, leur utérus, leur tête, leur sexe, dans leur entièreté, avec les hommes et pas contre. On faisait signer des pétitions. On essayait de décrypter la position des femmes à l'international. J'ai changé sur l'homoparentalité grâce aux "Maternelles". Le fait de côtoyer des gens qui vivent des situations... Tu rentres chez toi différent.
– Elizabeth Tchoungui : C'est "Les Maternelles" qui m'ont rendue féministe. Je me suis rendu compte à quel point c'était difficile d'être femme, mère, d'assurer sur tous les fronts...
– A.-E.Lemoine: La charge mentale.
– Elizabeth Tchoungui : La précarité, la punition au travail quand il faut se mettre entre parenthèses pour élever ses enfants... J'étais peut-être naïve. Tu es blindée!
– A.-E.Lemoine: On vous retrouve l'une et l'autre aux commandes Souvenirs!