logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 0h25 sur France 5

– Maxime Switek : Le gouvernement bat en retraite face aux "gilets jaunes". En attendant la manifestation de demain, juste une question, E.Perel. Vous qui suivez ça peut-être avec un peu plus de recul, comment percevez-vous toutes ces images?
– E.Perel: Je ne le vois pas uniquement comme une question française. Je vois une montée autoritaire, une montée de la crise de la masculinité. Tous ces pompiers, les camionneurs... Ce sont des hommes qui ne peuvent plus protéger leur famille. Quand ily a une crise de la masculinité, ily a une montée de l'autoritarisme. Quand ily a une montée il y a la naissance des autocrates. Vous avez Macron au milieu d'une série d'autocrates comme nous en avons aux Etats-Unis. Tout ça, pour moi, c'est une déstabilisation mondiale. Ce n'est pas juste au niveau de la France. Les Français sont très attachés à la couverture sociale qu'ils ont. Les écarts sont devenus tellement importants dans tout l'occident, et dans le reste du monde, et ceux qui n'ont pas, que ça pousse à la violence.
– Antoine Genton : On en a vu. Ily a aussi de nombreuses femmes, partout en France.
– E.Perel: Les femmes peuvent soutenir la crise. Elles ne veulent pas voir leurs hommes sans travail, humiliés, incapables de subvenir aux besoins de leurs proches. C'est une crise de la masculinité.
– A.-E.Lemoine: Merci. C'est l'heure du fact-checking.
– Dites la vérité et les choses se tasseront.
– C'est un mensonge.
– Demain, ce sera facile de confirmer si je dis la vérité.
– A.-E.Lemoine: Bonsoir, Samuel. On continue de parler des "gilets jaunes". Ils sont très actifs sur les réseaux sociaux. Il y a des torrents de vidéos, d'informations, de tweets, beaucoup de vrai, mais aussi beaucoup de faux.
– Sébastien Laurent : C'est le grand maelstrom, notamment sur les "gilets jaunes". Ily a du vrai et du faux. La police a été beaucoup évoquée suite à la semaine dernière. 2 choses ressortent, ces images de policiers qui enlèvent leur casque. Applaudissements. Ils chantent "La Marseillaise". Ça s'est passé à Pau. On voit des CRS enlever leur casque face à des "gilets jaunes" Cette image a été interprétée comme le signe d'un retournement des CRS, qui seraient passés du côté des manifestants.