logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 0h25 sur France 5

– A.-E.Lemoine: Arrêtez de défendre la cause des femmes.
– Karine Le Marchand : Avant, on ne pouvait pas le faire.
– A.-E.Lemoine: Ce sont plus les hommes qui trompent?
– E.Perel: On ne le saura jamais. L'infidélité n'a jamais été une question de genre. La fidélité a toujours une imposition sur la femme pour des causes qui n'ont rien à voir avec l'amour. C'était principalement économique et une histoire de patrimoine. A partir du moment où le romantisme est entré dans le couple et que la fidélité est devenue une expression de loyauté, d'engagement affectif, toutes les données ont changé. On a toujours cru que les femmes. Les conséquences n'ontjamais été les mêmes. Tant que les conséquences ne seront pas les mêmes et que la femme peut tout perdre et se retrouver à la rue sans ses enfants... Comme elle était la posession économique de l'homme, elle se cachait plus. Quand les conséquences seront les mêmes, on saura si les 2 sont différents ou semblables. A travers le monde, ily a toujours 9 pays où les femmes peuvent être brûlées vives parce qu'elles regardent dans la mauvaise direction. Ce n'est pas une question qu'on pose de façon égale à tout le monde.
– Mike Ruggieri : Dans notre cercle à nous, l'infidélité commence où? On a tous pratiqué ce petitjeu. Vous posez la question. "Tchatter, c'est tromper?"
– E.Perel: Maintenant, l'adultère, ce n'est plus "un enfant naît 9 mois plus tard et la couleur des cheveux n'est pas la même que le papa". La définition devient élastique. Elle est subjective. Ça se discute dans le couple. La plupart du temps, les couples ne parlent de tout ça qu'après la crise, après que tout a été découvert. C'est une fois que c'est trop tard. Quelle est la frontière? Qu'est-ce qui nous appartient? Quel est l'espace secret? Tchatter, ça dépend à qui vous posez la question.
– Mike Ruggieri : On parle d'une infidélité émotionnelle. Vous parlez d'une "proximité affective inconvenante".
– E.Perel: En 10 ans, en France, on est passés des gens qui se mettaient en couple au début de la vingtaine à des gens qui se mettent en couple au début de la trentaine.