logo Le moteur de recherche de la télé

Météo régionale


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 0h50 sur France 3

– la rencontre des gendarmes mobiles d'un escadron de Guéret, dans la Creuse. Ces hommes seront demain sur les Champs-Elysées. Il était accompagné du ministre de l'Intérieur. Tirant les leçons des émeutes urbaines du week-end passé, c'est un dispositif de sécurité exceptionnel qui est annoncé: 89.000 policiers et gendarmes mobilisés, dont 8.000 à Paris. Des engins blindés seront aussi déployés pour sécuriser la capitale...
– A la veille d'une journée à haut risque, le ministre de l'Intérieur a passé en revue les blindés de la gendarmerie. Douze véhicules appuieront demain les forces de l'ordre dans Paris, les autorités évoquent un dispositif exceptionnel. 8.000 policiers et gendarmes contre 4.600 la semaine dernière pour sécuriser la capitale. Les brigades anticriminalité de la couronne parisienne ont été rappelées. Des forces plus nombreuses et moins statiques. Samedi dernier, la consigne était d'éviter les affrontements directs et d'éloigner les manifestants des lieux sensibles. Le modèle a montré ses limites: six fois la place de l'Etoile est occupée puis reprise par les forces de l'ordre. Demain, les policiers ont pour consigne d'aller au contact des casseurs pour interpeller au plus vite le plus grand nombre. Reste à savoir combien seront les manifestants radicalisés, certains syndicats de police ne cachent pas leurs craintes.
– Compte tenu des armes que nous avons pu recueillir, notamment des machettes, des haches ou des projectiles faits pour blesser ou tuer, nous sommes très inquiets de ce qui peut se passer.
– Dans la capitale, plusieurs quartiers ont été identifiés comme zone à risque. Parmi elles, la place de l'Etoile, la Concorde et la place Denfert-Rochereau, les automobilistes sont appelés à ne pas y stationner dès cette nuit. Dans les rues, des équipes se relaient pour dégager tout ce qui peut servir de projectile. 2.000 équipements urbains et des centaines de grilles ont ainsi été
– Les forces de l'ordre sont passées à l'action dès ce vendredi, interpellent une dizaine de personnes issues des mouvances d'ultra droite.