logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 0h15 sur France 3

– Le mouvement de contestation sociale s'est étendu aux lycéens. 400 établissements sont perturbés. Hier, les conditions d'interpellation d'une centaine d'élèves ont suscité une vive polémique. Nouveau coup de théâtre dans l'affaire Alexia Daval. Lors d'une confrontation familiale, son mari a craqué, avouant le meurtre. Evoquant un accident, il a demandé pardon à sa belle-mère. Bien difficile d'évaluer cette 4e mobilisation des "gilets jaunes" qui s'annonce. Des figures de cette contestation appellent à ne pas se rendre à Paris mais, dans un mouvement qui refuse tout porte-parole officiel, que valent ces appels? En région, les acteurs de cette fronde sociale sont divisés...
– Les "gilets jaunes" de Montpellier, Bordeaux, Rennes ou La Ciotat vont-ils aller manifester à Paris demain? Les casseurs et le risque de violence, c'est ce qui dissuade ces "gilets jaunes" au nord de Bordeaux de quitter leur rond-point demain.
– Si on est embarqués avec des casseurs, ça fait réfléchir aussi.
– La colère, je l'ai, mais au point de casser tout, non.
– J'aimerais bien avoir beaucoup de monde demain matin.
– A Rennes aussi une majorité restera, seul un homme rencontré ce matin a prévu de manifester à Paris.
– Je me devais de le faire pour mes enfants et pour les Français.
– A Montpellier, après trois semaines de mobilisation, les "gilets jaunes" en sont convaincus, ils peuvent aussi se faire entendre en restant sur leur territoire.
– Il faut absolument garder tous nos postes sur toute la France.
– Au péage de La Ciotat, ceux qui voulaient partir ont parfois dû renoncer, faute de moyens.
– La plupart des gens n'ont pas les sous pour monter à Paris. Alors on va se battre ici, il va y avoir la guerre partout.
– Par choix ou par obligation, la plupart des "gilets jaunes" camperont donc sur leurs positions depuis leur région.
– Le Premier ministre a reçu ce soir une délégation de sept "gilets jaunes libres". Il s'agit de ces hommes et femmes signataires d'une tribune dans le "JDD" appelant à "une colère constructive". d'achat, réclamant des états généraux sur la fiscalité.