logo Le moteur de recherche de la télé

Sur la pointe des pieds


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 4h40 sur France 2

– Sur l'île de la Gomera, on entend "el silbo" Entre 2 montagnes amarrées aux nuages, un "guache" siffle pour s'inviter Au menu, un "mojo" piquant qui monte aux yeux, et à nouveau un sifflement, pour se dire adieu. Et me voilà, petit géant, prêt à siffler dans le vent, les 2, 3 mots que j'ai gardés s'envolent vers toi, Gomero ! Bonifacio !
– C'EST UNE ILE AU PARADIS, OU LES HUMAINS SIFFLENT AUSSI, LE PLUS BEAU CHANT DU PLUS BEL OISEAU, C'EST LE "SILBO GOMERO".
– Rubens est Rubens. Rubens n'est pas la maladie. Pas d'apitoiement ni de traitement de faveur, surtout pas. Il importe, dans sa vie scolaire, que le regard porté sur lui ne change pas. En revanche, mettre en oeuvre tous les aménagements possibles afin que sa fatigabilité soit limitée, ça, oui, afin qu'il puisse suivre une scolarité comme tout autre enfant. L'investissement à l'école est essentiel. Nous avons eu la chance d'avoir une équipe qui nous suive dans notre démarche et qui l'a comprise. L'énergie déployée dans ce cadre est énorme, car sont sollicités une douzaine d'intervenants, dans la préparation
– Mon école est une vieille école, de type Jules Ferry, et, malheureusement, elle n'était pas du tout prête à accueillir un enfant à mobilité réduite.undefined
Le seul "avantage" que nous avions, c'est que nous disposions d'une classe dans la cour, hélas avec des marches. Le 1er aménagement a été la construction d'une rampe pour élève à mobilité réduite. Puis nous avons acheté du matériel spécifique pour Rubens, une table et une chaise, livrés dans le courant de l'année. Nous avons fait aussi la demande d'un ordinateur, ce sont les parents qui ont fait la démarche auprès de l'académie. Et puis, nous avons fait aussi la demande d'une AVS à temps plein, une assistante de vie scolaire, pour aider Rubens dans ses gestes quotidiens, chaque fois qu'il en a besoin, quand il doit se déplacer pour allerjusqu'à son fauteuil, et dans la vie de tous les jours à l'intérieur de la classe. Elle peut l'aider aussi d'un point de vue pédagogique, sous la conduite de la maîtresse. Le point de départ de ces démarches, c'est la reconnaissance par la MDPH, Maison départementale des personnes handicapées, du handicap de façon officielle, afin de mettre en place un PPS, projet personnalisé de scolarisation, qui permet d'effectuer les démarches nécessaires à l'accueil, dans de bonnes conditions, de l'élève.