logo Le moteur de recherche de la télé

Les chemins de Jeanne


diffusion le samedi 8 décembre 2018 à 1h05 sur France 2

– Et où est Dieu dans tout ça ?
– Il était très difficile à trouver. Parce qu'évidemment... Pas de la révolte, mais une incompréhension totale. Plus encore que pour ma maladie. "Pourquoi Tu nous les retires ?" On est tous égoïstes face au deuil. On veut garder pour soi ses amis, ses proches. "Pourquoi Tu me l'as pris ?" Le premier ami que j'ai enterré, j'avais 11 ans. A cette époque où on est encore plein de cette vitalité, enterrer un ami, c'était vraiment contre-nature. Donc, il a fallu s'accrocher, il a fallu comprendre. Mais je pense qu'après, Le but de notre vie sur terre, c'est d'apprendre à aimer. Et ces épreuves m'ont malgré tout aussi appris à aimer vraiment. Et savoir, en tant que chrétienne, que ces départs ne sont pas une fin mais que c'estjuste un au revoir, ça change tout. Et pour moi, ça a tout changé.
– Alors, Jeanne, n'est-ce pas égoïste, ce choix ?
– Ce choix du départ?
– Je pense à tes parents. Dans une semaine, tu vas être coupée d'eux. Puisque tu vas entrer dans ce monastère.
– Par chance, j'ai une famille qui soutient mon choix. Il n'y a pas eu de doute sur le fait que ce serait pour moi la vie religieuse contemplative, Donc, c'est sûr qu'on se coupe... On me demande si ce n'est pas égoïste. Je ne pourrai plus témoigner...
– Peut-être fais-tu ce choix pour soulager tes parents du fait qu'ils doivent se lever la nuit? Je les ai vus fatigués. Cela participe-t-il à ton choix ?
– Ça a été leur crainte. Je les ai rassurés, parce que ce n'est pas ça, c'est une question d'appel. C'est vraiment la vie que j'ai choisie. Si j'avais voulu les soulager, j'aurais pris un appartement avec système de tierce personne.
– Te sentais-tu coupable d'être malade ? Mais ça aussi, ça a été une chance, mes parents ont beaucoup anticipé cette peur potentielle. Ils m'ont beaucoup répété, petite, que ce n'était pas ma faute, et que ça ne changeait rien à leur amour pour moi et pour mes frères, que ça ne changeait rien pour eux.
– Comment tu vas gérer le manque de ta maman, de ton père, de tes frères ?
– Au début, il y aura des moments difficiles, car toute la vie de la maison était organisée autour de mon quotidien.