logo Le moteur de recherche de la télé

Manaslu, royaume fragile de l'Himalaya


diffusion le dimanche 11 novembre 2018 à 0h15 sur France 5

– Les chocards vont rejoindre des niches dans les falaises pour y passer la nuit. Les moins 5 degrés sont supportables par rapport aux températures extrêmes de l'hiver. Le grandala, avec son bleu azurite, ne passe pas inaperçu dans les champs enneigés. Il est rare de les voir descendre près des villages, mais la neige les y a contraints. Sautillant, parfois bondissant de rocher en rocher, ils trouvent leur nourriture sur le sol. Le grand bharal vit dans les hautes montagnes, Il est résistant au grand froid et se nourrit de plantes herbacées. Son pelage lui offre un excellent camouflage dans son habitat naturel. Ici, les croyances religieuses et la loi protègent le grand bharal contre le braconnage. Sa présence est essentielle pour la conservation du léopard des neiges, dont il est la proie favorite. Au petit matin et après une nuit de grand froid à l'abri du vent, la harde se réveille doucement. Quelques individus s'avancent vers la crête pour profiter de la chaleur des premiers rayons du soleil. En plus des risques liés aux prédateurs, les animaux de la montagne doivent faire face aux éboulis ou aux avalanches. Des paysages chaotiques s'affrontent. La force de la terre et du ciel sont réunies en un seul lieu. Le cosmique et le tellurique s'entrechoquent dans un chaos sublime. Dans ce désert minéral, la vie s'est pourtant adaptée aux conditions extrêmes.undefined
Hélas, l'Himalaya n'est plus cet îlot de pureté qu'on imagine. Les relevés effectués par des scientifiques témoignent de niveaux de pollution comparables à ceux de villes européennes. Portée par les vents, la pollution des métropoles d'Asie peut parcourir des milliers de kilomètres et contaminerjusqu'à ses sommets. Le printemps et la fonte des neiges ont spontanément fait monter les yacks en altitude. Il n'est pas simple de retrouver ses bêtes. Cet homme part à leur recherche, suivi de son fils à cheval. Après des heures de recherche, ils finissent par les retrouver. Avec le retour du soleil, le chemin menant au Tibet est réouvert. Dans quelques jours, ils partiront les vendre là-bas, en échange de matériaux, de laine et de sel. Le printemps profite aux grands bharals, qui peuvent se reposer au soleil. arborent des cornes en forme de lyres. Ce sont les gardiens du toit du monde. Sous un soleil de plomb, ils viennent de trouver du sel qui s'est détaché d'un éboulis. Tout le groupe lèche cette source de sels minéraux et d'oligoéléments. Les hommes, comme les animaux, ont su s'adapter, cohabiter et survivre dans ces milieux extrêmes. Mais l'impact de la modernité fragilise cet équilibre. Ces vallées secrètes ily a quelques années vivent une ouverture sur le monde rapide avec l'arrivée de l'électricité et les moyens de télécommunication modernes. L'ouverture au tourisme a bouleversé les habitudes tout en offrant de nouvelles ressources. Certains de ces revenus sont utilisés pour financer le coût des interventions de conservation