logo Le moteur de recherche de la télé

Manaslu, royaume fragile de l'Himalaya


diffusion le dimanche 11 novembre 2018 à 0h15 sur France 5

– Un groupe de femelles et de jeunes en quête de nourriture cherche de nouveaux territoires à explorer. Après une longue hésitation, jaugeant le danger, la plus ancienne s'élance et puis les autres la suivent et traversent le glacier. Minuscules êtres de chair sur un monstre de glace prêt à s'effondrer d'un instant à l'autre. Peu importe. L'instinct de survie prime. Le bouddhisme est un système de croyances qui respecte la nature et interdit de tuer les animaux. Depuis la création de la zone de conservation du Manaslu, aucune chasse n'a été autorisée. Dans la région, les lamas ont une place importante dans la protection des espèces. Ils ont notamment mené des campagnes de collecte d'armes. Des cérémonies ont eu lieu avec les représentants des communautés locales et la police. Les armes ont été détruites et gardées en trophées comme ici, dans ce temple. Aujourd'hui, l'ennemi n'est plus la poudre à canon, trop reconnaissable pour le braconnier, mais la pose illégale de pièges. Mais le trafic existe toujours. Viande et peaux trouvent client localement, mais surtout de l'autre côté des montagnes. Karma Minjur Dorji Rinpoché est l'un des guides spirituels du monastère. Il a été reconnu comme la réincarnation d'un grand maître bouddhiste. Il a en charge les cérémonies, les enseignements et l'administration du monastère. Il apprécie les jharals et est le seul à pouvoir s'en approcher aussi près. Régulièrement, le matin, il leur fait des offrandes et entame une prière pour la vie sauvage afin qu'elle soit toujours préservée. Prière.
– Le lophophore resplendissant est un oiseau de la famille des faisans aux couleurs extraordinaires. Il est devenu l'animal symbole du Népal. Posé sur un rocher, il lance un appel pour trouver une femelle. le village le plus haut du Manaslu. On y dénombre 30 maisons et quelques hébergements de trekkeurs. En hiver, les conditions sont extrêmes. Seulement 60 habitants restent là tandis que les femmes, enfants et anciens repartent à Katmandou. Le village vit essentiellement de l'élevage des yacks, qui constitue une incroyable richesse.