logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le dimanche 11 novembre 2018 à 0h00 sur France 3

– Notre projet, c'était de ne pas mettre de photos mais uniquement des gravures, des oeuvres d'art correspondant aux oeuvres des écrivains qui interviennent. Il y a des graveurs, des peintres très connus comme Vallotton...
– La philosophe Cynthia Fleury s'est notamment intéressée aux gueules cassées. L'académicien François Cheng évoque le destin tragique des travailleurs chinois, qui réalisaient les tâches civiles à l'arrière du front. Ils étaient 40.000 en France, il y en avait aussi dans le camp britannique. Il évoque le devoir de mémoire de la communauté chinoise aujourd'hui.
– J.M. Laclavetine : Oui, il a fait un travail exceptionnel sur un épisode très peu connu de cette guerre. Il y a des dizaines de milliers de Chinois qu'on a fait venir pour remplacer la main-d'oeuvre partie au front, qui ont travaillé dans des conditions abominables. Beaucoup sont morts... Il a considéré qu'écrire un texte dans ce livre-là était une mission pour lui. L'auteur algérien a écrit sur les maghrébins qui ont combattu pour la France et qui sont morts par milliers, eux aussi.
– Comment ce conflit résonne-t-il aujourd'hui dans les consciences?
– J.M. Laclavetine : Quand on a commencé à bâtir ce livre, j'étais un peu inquiet, sceptique. Je me demandais s'il y avait encore des écrivains aujourd'hui qui Et tous les écrivains, pratiquement, ont réagi avec enthousiasme, pour dire que cela parle toujours à leur conscience. Nous avons tous un héritage de 14-18, un héritage de Rethondes et de l'armistice.