logo Le moteur de recherche de la télé

Alerte sous les tropiques : avec les gendarmes de Guyane

Enquête d'action


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h00 sur W9

– En métropole, ces quantités-là, on n'en trouve pas régulièrement. Ici, c'est pas rare qu'on retrouve des 400-500 g, de façon récurrente. Voilà. On en retrouve encore. Et il doit y en avoir encore. Mais là, on va commencer à décrocher, parce que la nuit arrive et puis on a saisi suffisamment aujourd'hui. C'est bon, Vincent. Lalanne ? Décroche avec Vincent.
– Le major ne veut pas traîner. Les meilleures opérations sont celles qui sont les plus courtes. Pas question de laisser les dealers s'organiser et s'énerver contre les gendarmes.
– Inutile de rester plus longtemps. Et on leur a saisi du produit. En gros, ils ont perdu la journée. Parce qu'ils sont là... Ils sont là jusqu'à 22h, ce soir. Le produit qu'on a enlevé... Il doit en rester mais on est sans le chien. Tout ce qu'on a enlevé, ils le vendront pas ce soir. Donc à un moment, ça risque de se retourner contre nous parce qu'ils vont s'énerver pour la recette de la journée.
– L'opération s'est déroulée sans incident. Le PSIG a saisi suffisamment de produits pour casser la recette de la journée des dealers.
– Donc ça, c'est du cali, de l'herbe séchée. C'est le moins cher, ici, et c'est ce qu'on retrouve en quantité. 10 g, ils vendent ça 10 à 15 euros. C'est vraiment... Ca, c'est de la résine. De la résine de cannabis. Ca, c'est de la résine aussi. Ça vient d'une savonnette de 100 g. Ca, ils les coupent mais au départ, c'est des savonnettes de 100 g.
– Retour à la brigade. C'est l'heure des comptes. C'est avec la balance des dealers, certainement très bien étalonnée, que le major va peser sa prise de la soirée.
– C'est pas mal.
– Ouais. Ça paye la journée. Non, ça paye l'opé. Et puis c'est important d'enlever tout ça. 80 g, c'est toujours 80 g. Même des quantités infimes, c'est toujours ça d'enlevé.
– La prise aurait été significative en France métropolitaine, mais ici, elle est assez légère, pour la Guyane. C'est le département d'outre-mer où l'on consomme et deale le plus de cannabis. Par rapport à la métropole, cette consommation est 20 fois plus élevée. Alors, pour le major, son action est donc avant tout un travail de santé publique.