logo Le moteur de recherche de la télé

Alerte sous les tropiques : avec les gendarmes de Guyane

Enquête d'action


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h00 sur W9

– Du coup, la Guyane subit également cette culture de la délinquance. Les chiffres sont alarmants. On y trouve par habitant 3 fois plus de blessures volontaires, de cambriolages et de vols qu'en métropole.
– AU SOL !
– Les forces de l'ordre ont décidé de réagir, notamment en renforçant les unités de gendarmerie.
– Gendarmerie !
– Nous allons suivre le major François-Emmanuel Machin du PSIG de Matoury...
– Qu'est-ce qu'ily a, Papa ? Monsieur, bonjour. Mettez-vous là, s'il vous plaît.
– Nicolas, le responsable de l'antenne GIGN de Guyane...
– Il faut toujours être prêt parce que tout type de mission peut être déclenché n'importe quand.
– Et enfin, les unités du Capitaine Pourtet, commandant de brigade de Saint-Laurent-du-Maroni, la seconde ville la plus importante de Guyane.
– Là, on travaille en collaboration avec les douanes, la PAF.
– Ensemble, ils luttent quotidiennement pour que la Guyane perde petit à petit son image de Far-West sans foi ni loi.
– On leur fait mal donc on peut s'attendre à une réaction violente.
– Ouais, 0K. "Ta bom, ta bom".
– Dans la banlieue de Cayenne, la brigade de Matoury. C'est la plus grosse brigade Ici, on traite 2 fois plus d'interventions qu'en métropole. Le major François-Emmanuel Machin est chef d'unité PSIG. Cela fait la 10e année qu'il sert en Guyane. Chaque prise de service est sous haute tension mais porte ses fruits.
– Ici, on est sur une autre dimension que la métropole. On est sur autre chose.
– C'est ça que vous aimez ?
– Ouais, c'est bien. C'est bien parce qu'on est dans l'action en permanence. Des fois, en métropole, on a plus ou moins d'activité ou pas. Chaque patrouille est limite dangereuse. Il faut prendre toutes les mesures pour se préserver. On va parler de l'opération qu'on a faite. On est quand même repartis avec 1,5 kg de sachets de cannabis, 300 g de cocaïne... Euh, comment ça s'appelle... Des fusils, des armes de poing... Tout ça chez le même vendeur.
– Et c'est parti pour une patrouille qui va s'avérer mouvementée. Le secteur dont s'occupe le major est parsemé de bidonvilles. La majorité de la population est d'origine étrangère.