logo Le moteur de recherche de la télé

Alerte sous les tropiques : avec les gendarmes de Guyane

Enquête d'action


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h00 sur W9

– Et ici, comme tout le monde a a minima un couteau sur lui... Bah, ça aide pour faire des blessures. (Musique de tension)
– Sur place, la victime est déjà prise en charge par les pompiers, mais vu la gravité de la blessure, il faut un médecin de toute urgence.
– Y a le SAMU qui doit arriver. Enlève ta voiture, le SAMU doit arriver.
– Le major Vincent, chef de la patrouille, a bien l'intention de tirer l'affaire au clair. Bip d'appareils médicaux
– Très vite, le major Vincent va comprendre ce qu'il s'est passé.
– Pardon ?
– L'agression serait le résultat, en fait, d'un racket entre jeunes du même quartier qui a mal tourné. Une violence inouïe pour quelques euros. L'entaille au couteau est particulièrement profonde. Regarde en bas. Dans le 2e. Dans le 2e.
– Il a eu de la chance. Ils l'ont agressé pour de l'argent, et en colère comme il n'avait rien, avant de partir, voilà, le petit coup de surin qui va bien. C'est la Guyane. On meurt souvent pour rien. Est-ce que tu peux me confirmer ? Il était habillé comment?
– Il avait mis un t-shirt.
– Un t-shirt noir ? Le fameux (bip) ? Celui qu'il pourrait nous désigner doit normalement s'appeler (bip). La victime le désigne nommément comme ça. Il habite au fond. Celui sur le vélo semble le connaître. On est dans les temps. On va voir... Il serait vêtu d'un t-shirt noir. Vous voyez ce qu'il peut dire. Si ça peut correspondre, interpellation et vous le ramenez.
– Avant de repartir à la poursuite du suspect, le major récupère un jeune du quartier, témoin de toute la scène, pour identifier l'auteur des coups de couteau.
– Tu me diriges, hein ?
– Où y a la fontaine, tout droit.
– Tu connais la personne qui l'a agressé ?
– Oui, je le connais très bien. Ils l'ont tabassé. Ils étaient 7 ou 8.
– Subitement, le témoin reconnaît l'agresseur.
– C'est lui qui est devant. En marron-gris.
– A peine la voiture arrêtée, contre toute attente, le témoin s'extrait et se jette sur l'agresseur, prenant les gendarmes de court.
– C'est lui !
– Allez, calme-toi ! Calme-toi !
– Lâchez-moi !
– Arrête, arrête. Calme-toi. Calme-toi.