logo Le moteur de recherche de la télé

Alerte sous les tropiques : avec les gendarmes de Guyane

Enquête d'action


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h00 sur W9

– Une immigration attirée par le niveau de vie français et par la facilité d'accès du département. En effet, il suffit de quelques minutes en pirogue pour traverser le fleuve Saint-Laurent et se rendre du côté français sans être contrôlé. Ce capitaine est le commandant de brigade de Saint-Laurent. Il a monté une mission de contrôle sur le fleuve avec la police aux frontières.
– Souvent les pirogues qui traversent emmènent des passagers. Donc éventuellement des étrangers en situation irrégulière. Et également de la marchandise diverse et variée. C'est souvent de l'alimentaire. Les produits de l'autre côté sont beaucoup sont détaxés. Enfin, y a pas de taxe. Et ici, voilà... Donc tous ces matériaux-là, ces personnes-là, transitent par le fleuve et les pirogues.
– Aujourd'hui, le capitaine a un dispositif renforcé : une dizaine d'hommes, 2 pirogues pour 500 km de frontière.
– Il s'en passe des choses, sur ce fleuve.
– Enormément. C'est un bassin de vie. Ce sont les gens du fleuve. Pour eux, la notion de frontière, de pays, y a pas de frontière. Qu'ils soient au Suriname ou en Guyane française, pour eux, c'est leur territoire. le 1er contrôle inopiné.
– Le conducteur de la pirogue n'a pas son passeport sur lui, alors ilva être dûment escorté et tous les passagers vont présenter leurs papiers.
– Y en a quelques-uns dans la pirogue. Ce sont des étrangers Des gens qui arrivent en France mais qui ont pas de papiers. Donc c'est le but de l'opération pour la PAF. C'est de contrôler ces gens et de procéder à la vérification de leur identité. Et au pire des cas, d'opérer une retenue, et ensuite, le sous-préfet prend une décision de reconduite à la frontière. Généralement, c'est une OQTF qui est délivrée.
– Une OQTF, une obligation de quitter le territoire. Une mesure dérisoire vu la proximité de la frontière. En attendant, la pirogue est attendue par d'autres gendarmes à terre. Les passagers ont leur passeport, mais pas toujours en règle.
– Vous allez vérifier les passeports ?
– Tout à fait.
– Identités. Savoir s'ils ont un visa...
– Ouais.