logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 1h20 sur TF1

– Mon père m'a acheté un assistant vocal, point d'exclamation. *-C'est envoyé.
– Bon, on dirait que ça marche. Heureusement qu'il y avait Betty. J'avais pas le mode d'emploi.
– Papa". Ca, c'était au siècle dernier. Tout est intuitif.
– Intuitif, ça dépend pour qui. *-Vous avez un nouveau message de Margot. Voulez-vous l'entendre ? *-Trop bien. Ça me manquait de lire tes conneries. Smiley qui saute de joie. Voulez-vous lui répondre ? *-Quelle est votre réponse ?
– Attention à ce que tu dis, tout le monde peut nous entendre. *-Envoyé.
– Et si tu n'existais pas J'essaierais d'inventer l'amour C'est beau, quand même, non ?
– Un peu cliché, Joe Dassin.
– Peut-être, mais... j'adore l'écouter en courant. Maxime, pourquoi ça m'arrive à moi ?
– Parce que t'es assez forte pour supporter ça.
– Non seulement tu vas remarcher, mais tu vas courir. Et tu me mettras une raclée au marathon.
– Qu'est-ce que tu fais là ?
– Je viens dire à Mme Doucet que le lycée pense à elle.
– Maintenant, tu peux y aller. Merci, au revoir.
– Ça va pas ?
– C'est à cause de ce petit con si t'es dans cet état.
– Quoi ?
– On doit pas déplacer un blessé. Il t'a sortie du bus.
– Je l'ai supplié de me sortir. Il prenait feu.
– Il aurait dû dire non. Il a voulu jouer les héros en sauvant sa prof.
– Je vais y aller.
– Ouais, c'est ça, dégage.
– Olivier ! Maxime, je suis désolée...
– Vous avez des nouvelles de Jessica Moreno ?
– Toujours aveugle.
– Il y a un problème ?
– Non, pas du tout. Clémentine Doucet est paraplégique. Noor Beddiar est dans le coma.
– Ça va pas de me parler comme ça ?
– Je dois vous ménager ?
– Sérieusement, j'en peux plus, moi. On me traite en pestiféré.
– Je garde ma compassion pour ceux qui en ont besoin.
– Je nage en plein bonheur ? Leïla me parle plus, Christelle m'insulte...
– Vous allez me faire pleurer.
– Vous croyez que je voulais percuter ce bus ?
– Vous vous en sortez très bien. C'est pas le cas de tous ces innocents.
– C'est ça...
– Pourquoi tu t'en prends à lui ? C'est un gamin.
– Gamin ou pas, on déplace pas un blessé.
– Je sentais plus mes jambes avant qu'il me déplace.