logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 1h20 sur TF1

– Bah alors quoi ?
– On va laisser le drain en place et espérer que ça se résorbe seul.
– Je comprends rien. Elle va s'en sortir ? Combien de temps elle va rester comme ça ?
– Je peux pas vous dire.
– Qu'est-ce qu'on peut faire ?
– Garder espoir. Et attendre. Si t'as besoin.
– Merci, t'en as fait beaucoup. Merci, Victoire.
– Bon courage.
– Merci.
– J'y vais, je vous laisse.
– T'as rien mangé. Prends quelque chose pour plus tard.
– Merci, maman. Je peux rien avaler.
– Ça va ?
– Pas trop. J'ai pas dormi. Je suis pas motivé pour aller en cours.
– Tu devrais aller voir le psychologue scolaire.
– Je sais pas. Plus tard, peut-être. J'aimerais pas aller en cours cet après-midi pour aller à l'hôpital voir Clémentine.
– Après les cours.
– C'est plus les heures de visite. Garance m'a dit que sa mère était vraiment mal.
– Chéri, je suis désolée, mais... ça m'embête que tu sèches les cours. Tu iras demain.
– Docteur Dumaz ?
– Ah, lieutenant.
– Je viens au sujet des analyses de votre fils. Le labo vous les a envoyées.
– Je viens juste de les recevoir.
– Vous me les communiquez ? J'en ai besoin.
– Oui, je vous les imprime tout de suite.
– J'en aurai besoin par mail aussi. Les résultats sont normaux.
– Ah oui ?
– Oui.
– Docteur, vous faites une grosse erreur. Ça s'appelle faux et usage de faux. Vous risquez la prison. On frapPe-
– Je peux entrer ?
– Qu'est-ce que tu fais là ?
– Je m'inquiétais. Je voulais prendre de tes nouvelles.
– Tu devrais être en cours.
– Oh, Maxime...
– Je voulais te voir. Je pensais qu'à toi. Ça servait à rien que je reste en cours.
– J'ai pas envie
– Que je te voie comment ? T'es belle, même dans un lit d'hôpital.
– C'est gentil, mais... je suis fatiguée, là. J'ai envie de voir personne.
– Je t'ai ramené quelque chose. Je t'ai fait une playlist. J'ai même mis du Joe Dassin. Comme quoi, Joe Dassin, c'est pas une musique géniale.
– Maxime, il y a des chances que je remarche plus.
– J'y crois pas. Tu vas te battre, je le sais.
– Tout le monde dit ça, mais... j'ai l'impression de plus avoir aucune force.
– C'est le choc. Bientôt, t'en auras marre de ce lit.