logo Le moteur de recherche de la télé

Programmes de la nuit


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 2h15 sur M6

– On se retrouve un autre attentat Enlacés dans les airs On a traversé les déserts Les glaciers de l'Arctique Enlacés, tête en l'air Nos mains se serrèrent à l'envers Dans la panique
– Salut, ça va T'as vu, j'suis là Je suis rentrée chez nous Ben t'es déjà debout Tu t'es inquiété Mais j'avais pris les clés J'étais pas bien loin Etje savais bien Que je reviendrais Voilà, c'est fait (Synthétiseurs) J'ai fait des tours Autour de la maison Fumé beaucoup, mouillé mes joues Touché le fond J'ai shooté Dans tous les cailloux des environs Etj'suis rentrée à la maison Ben sois pas fâché J'ai fait du café J'ai pris des croissants En bas, en passant J'ai fait mon petit tour De trois fois rien C'était pas fait pour Que t'aies du chagrin (Synthétiseurs, rythme doux) Mais j'avais chaud Dans ton blouson Oui mon téléphone Il était ici J'aime pas quand il sonne Je l'avais pas pris J'faisais pas la gueule J'étais bien toute seule Allez, ça va Plus jamais ça Mais t'as cru quoi Que j'allais en aimer un mieux Dans la rue d'à côté Ben non, t'inquiète pas Y'a pas mieux que toi. Mais j'avais chaud dans ton blouson (Rythme pop, synthétiseurs) (La musique s'estompe.) (Synthwave) You feel my anger radiates The brutality oh disseminates StiIl feels empty around me But now Now I can bear that they can see I am in danger to be the danger The quite anger that troubles water Smile on my face, l'm going under Fear radiates like sip of fire If you rise with the sun We wiIl rise together Battles only just began And I am going under We wiIl go together I used to feel sorry (Effets sur synthé) Mainly just for myself Dragging myself down So deep and low, sorry ButI know from the radio The world's changed around I am in danger To be the danger The quite anger That troubles Water Smile on my face l'm going under Fear radiates Like sip of fire Now, I can bear That they even see (Rythme plus soutenu) (La musique s'estompe doucement.) (Musique douce) Nous sommes de ceux Qu'on ne remarque pas Des fantômes, Des transparents, des moyens Nous sommes de ceux qui ne Rentrent pas en ligne de compte Qu'on choisit par défaut La peau terne, les traits tirés Et le regard éteint Des visages pâles, des teints gris Qui se délavent de jour en jour Qui ont du mal à s'entendre penser Qui se maîtrisent difficilement Qui mettent mal à l'aise en public Nous sommes de ceux qui dérapent Dans les escaliers de bibliothèque Qui dansent de façon embarrassante Qui font l'amour en deux temps prennent à l'envers avec les autres Sur lesquels on ne parie jamais Nous sommes de ceux qui savent plus raisonner de façon logique Qui ont tout fait comme il faut Mais qui n'y arrivent pas Des ratés modernes, des semi-défaites Des victoires sans panache Qui tiennent pas la pression Qui se font assister Des baltringues Des éclopés, des faibles Des trucs pour tenir le coup Qui ne savent pas dire non Qui connaissent pas la rébellion Qui soutiennent pas les regards Nous sommes de ceux qui sont tabous Et pourtant Qui ne renoncent pas Des chiens enragés Des teigneux, des acharnés Nous sommes de ceux qui comptent Bien devenir capable De tout encaisser Nous sommes de ceux qui établissent Des stratégies dans l'obscurité Pour reprendre la main Jouer selon leurs propres règles Et forcer le destin Assez de leur propre férocité Des requins-tigres En bout de course Des voyous qui demandent pardon Des apprentis repentis Nous sommes de ceux Qui veulent à tout prix Tabasser leur part d'ombre Et faire taire leurs sales travers Qui cherchent à rejoindre Les rangs des lions, des maquisards Des résistants, des sentiments Qui roulent pour eux Et pour leur périmètre Qui pissent encore dans la douche Mais qui espèrent réussir un jour A pisser droit Nous sommes de ceux qui cherchent A désarmer la mort A coups de grenade lacrymo Pour les freiner Et les maintenir à distance Nous sommes de ceux qui espèrent Croiser la vie un soir Au détour d'une avenue Pour la séduire, la ramener Et lui faire l'amour De façon brûlante Les yeux écarquillés En continu, des ahuris, des ébahis Qui guettent les comètes Les planètes et les épiphanies Qui cherchent à désirer Ce qui est enfoui Tout ce qui est caché Et qui demande qu'à être sorti Qui veulent rétablir le contact Avec ceux qui sont partis trop tôt Parce qu'ils savaient pas Qu'il y avait une fin cachée Qui continueront à courir Comme s'ils étaient poursuivis Par des balles Qui desserreront Jamais les mâchoires Sauf pour sortir les crocs C'est pas nous les plus forts C'est pas dans l'équipe que t'es La moins capable On sera jamais rationnel Avec ce type de lascar Faut composer avec Voilà bien un jeu différent Y'a que des inconscients Qui vous diront le contraire Ça va être irrationnel On sent qu'on se casse la gueule (Mélodie au synthé) (Rythme à inspiration orientale) (Pop relaxante) (Ëasse)
– J'ai l'impression d'soleil levant Collé sur la rétine L'étoile s'écroule juste devant Dans le creux de la ville J'ai l'odeur de la dernière danse Scotché dans les narines L'écho de la sueur des gens Se colle sur les vitrines
– LES RUES DEVALENT L'ETOILE DU KASHMIR MON COEUR CAVALIER SEUL DU COEUR (Guitare)
– L'amour rosé, les lèvres gercées (Percussion en bois) Je les porte sur moi (Guitare électrique) Les coeurs brisés Les rêves mouillés Je les cueille comme ça Collée sur les habits L'écho de la soirée démange Le coeur liquide la ville DEVALENT L'ETOILE DU KASHMIR (Batterie) (Musique PoP) Je t'attends Tu t'étends sur un autre sujet Que moi Je t'espère je te perds Comme un objet Un an et un mois J'apprends que tu t'éprends D'un plus grand d'un plus beau Pourquoi Je t'écoute ça me coûte Me dire combien c'est chaud Dans ses bras Je sais c'est moi qui t'ai quittée Mais toi qui t'es Pour penser qu'après moi L'herbe repoussera Après moi je veux Qu'on soit malheureux Ni Noé ni refuge Après moi la pluie Sauve qui peut la vie Et puis fini Je m'ébats tu t'en bats Peut-on tomber plus bas Que ça Je te cherche tu te perches C'est assez de jouer A chat Je t'appelle tu m'épelles F-I-C-H-E-moi La paix Je t'implore tu déplores D'avoir cédé une fois Plus jamais Après moi le déluge Ni Noé Ni refuge Le déluge (Piano doux et mélancolique)
– I have fled Enough times I know I won't leave again How I get myself attached AIl the time To things that feed me (Violons) Oh how I keep hurting myself It's like I need it (Montée de violons)
– YOU AND I WE'RE COVERED IN LUCK (Rythme lent, violons, guitares) YOU GET ME HIGH AS THE YEARS G0 BY (Rythme lent, guitares
– We waste our lives Struggling, God knows why Baby there's no time (Rythme lent) No time to fight our past Now you went on Giving me absolutely nothing Why is that?