logo Le moteur de recherche de la télé

Entrée libre


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 1h40 sur France 5

– Cet ovni aux accents autobiographiques est porté par John Huston dans le rôle principal.
– C'est peut-être le plus grand réalisateur du XXe siècle. Kubrick, Scorsese ou encore Michael Cimino ne jurent que par lui. Il est devenu la référence ultime du cinéma. Issu du théâtre new-yorkais, cet acteur a changé la face de l'histoire du cinéma. Son 1er moment de gloire arrive à la radio ily a 80 ans.
– Son grand coup d'éclat, c'est qu'il adapte "La guerre des mondes" de H.G. Wells. Des gens y croient. C'est le problème. Il déclenche la panique. C'est quelque chose qui va marquer l'imaginaire collectif américain.
– En 1940, à 24 ans, Orson Welles raconte l'histoire d'un magnat de la presse qui tente d'atteindre les sphères du pouvoir. Il signe ici son chef-d'oeuvre.
– L'écriture cinématographique de "Citizen Kane" est bouleversante. On n'avaitjamais utilisé la contre-plongée comme ça. le flash-back comme ça. On n'avaitjamais utilisé des effets de montage comme ça. Sur les rapports du pouvoir, sur l'ambition, sur les rapports entre les hommes et les femmes, sur la démocratie américaine, sur la manipulation des foules... Jamais le cinéma américain n'avait fait preuve d'une telle lucidité, tranchante, désagréable. C'est le film où on arrête de raconter des craques aux spectateurs. "Citizen Kane", c'est le résumé des 50 ans de cinéma qui ont déjà eu lieu et c'est aussi le résumé des 50 ans de cinéma à venir. Par son génie, il est presque hors système. Hollywood va le tolérer un certain nombre d'années et ils vont Ilva de moins en moins les tolérer Ils lui massacraient ses films.
– Orson Welles doit toujours batailler pour avoir la mainmise sur le montage final. Il retrouvera cette liberté grâce
– "La dame de Shanghai", c'est un coup publicitaire. Il a été le mari de Rita Hayworth. Il lui coupe les cheveux. Il la fait blonde aux cheveux Il la rend sublime et bouleversante comme elle ne l'avaitjamais été. Quand on regarde la filmographie de Rita Hayworth, qu'est-ce qu'il reste? En premier, "La dame de Shanghai". Il y a le côté autodestructeur de Welles. Il était incapable de terminer ses films.
– Comme en 1970 avec "The Other Side of the Wind". Le projet restera inachevé jusqu'à sa mort en 1985. Plus de 45 après, le film voit enfin le jour.
– C'est une espèce de film punk qui arrive d'outre-tombe. C'est un film râpeux, mal élevé, bordélique... Ça ressemble à un film de Welles dans son côté insaisissable. C'est un homme labyrinthe. Voilà pourquoi il est tellement fascinant. C'est rare de tomber sur quelqu'un qui maîtrise quasiment tous les arts du spectacle, dans l'histoire du cinéma. La radio, la télévision, le théâtre. Et il est en plus le plus grand acteur de son temps. Ça fait beaucoup pour un seul homme.
– Claire Chazal : Pour le 100e anniversaire de l'armistice de 1918, les Archives nationales organisent une grande collecte dédiée à la Grande guerre. Chacun peut apporter ses documents personnels et familiaux, des photos, des lettres, pour enrichi