logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h25 sur France 5

– Je sens bien qu'il n'est pas encore très à l'aise quand même.
– A.-E.Lemoine: Pourtant, vous aviez travaillé pendant des jours le fameux "bonsoir", qu'on n'a pas là. Ça donnait quoi?
– Olivier Minne : Quand JJoubert a commencé à me former, elle m'a dit qu'on allait d'abord travailler sur "bonsoir", le 1er mot. Je pensais que ça allait durer une heure. Ça a duré 4jours.
– A.-E.Lemoine: Sur tous les tons.
– Olivier Minne : Ce "bonsoir", je ne le nourrissais pas suffisamment.
– A.-E.Lemoine: C'est quoi, un "bonsoir" nourri?
– Olivier Minne : C'est quand c'est dit avec le coeur, quand c'est habité par la totalité de son être. Ça donnerait quelque chose comme:
– A.-E.Lemoine: Un bonsoir nourri et habité, Evelyne?
– Eugène Leclercq : Ce qui m'a étonnée, quand j'ai lu ce livre, c'est que nous n'avons pas du tout eu la même formation. J'ai été engagée en quelques minutes, le temps d'improviser devant une caméra que je n'avais jamais vue de ma vie. Je n'ai jamais été formée.
– A.-E.Lemoine: Vous aviez 19 ans...
– Eugène Leclercq : 17 ans et demi, le 1erjour!
– A.-E.Lemoine: Le directeur de la station RCF Nice Côte d'Azur vous repère. 1re annonce. On n'entend que votre voix. C'est le 3 mars 1969. *-E.Leclercq: Nous sommes au Cros-de-Cagnes, un charmant petit village qui m'est cher. C'est avant tout une cité de pêcheurs avec un petit port sympathique, des barques. Vous aimerez ce petit village, y venir malgré le temps qui, demain, sera variable, passagèrement très nuageux à couvert, avec des pluies locales prenant un caractère orageux en fin de journée. On peut couper!
– A.-E.Lemoine: Première apparition à l'écran un an plus tard.
– Eugène Leclercq : Téléspectateurs de Provence Côte d'Azur Corse, bonsoir. Cette émission se termine. Je vous souhaite de passer une bonne soirée et un agréable dimanche. Au revoir. J'avais 17 ans et demi.
– Olivier Minne : C'est charmant. Tu as encore ton visage un peu poupin.
– Eugène Leclercq : Je monte dans les aigus. C'est épouvantable, au départ.
– A.-E.Lemoine: C'est un vrai métier. Il faut faire face aux bugs techniques, aux boulettes, aux trous de mémoire.