logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h25 sur France 5

– Olivier Minne : Oui, entre autres choses. Ce métier a disparu. Avec le temps, l'oubli s'installe. C'était important de montrer à ceux qui s'en souviennent et à ceux qui ne les ont pas connues que le 1er visage apparu sur un écran de télévision fut celui d'une femme, en 1949. C'était JJoubert. Ces femmes, qu'on appelait "speakerines", n'étaient pas que cantonnées à présenter des programmes. Elles ont incarné une identité dé la télévision. Elles ont inventé des choses que l'on fait encore aujourd'hui, comme un talk-show.
– A.-E.Lemoine: On ne serait pas là sans Evelyne...
– Eugène Leclercq : Je tiens à dire que c'était surtout un vrai métier. Souvent, les gens pensaient qu'on était un peu des potiches. On faisait tout nous-mêmes. On écrivait nos textes nous-mêmes. On n'avait pas de téléprompteur pour lire un texte qui défile devant les yeux, pas d'oreillette. On était libres à 100 % de chaque phrase que nous prononcions.
– A.-E.Lemoine: Et responsables. Pourtant, "c'était le métier le plus ringard et déprécié auquel eut pu rêver ma génération". C'est une citation d'O.Minne. C'est sympa pour Evelyne.
– Eugène Leclercq : Pas ringard.
– A.-E.Lemoine: C'est ce que dit Olivier. Vous ne vouliez pas être speakerin, mais comédien. Pourtant, la rencontre avec JJoubert a tout changé. L'audition a duré 5 jours. A chaque fois, vous étiez plus nul que la veille. Pourtant, vous avez été mis à l'antenne.
– Olivier Minne : "Sucrée salée", une émission qui tournera autour du thème de la femme avec un invité masculin à chaque fois. Le veinard... Aux alentours de 10h30, une toute nouvelle émission, "Hanna-Barbara dingue dong", où seront repris les meilleurs moments des dessins animés de Hanna et de Barbera. Vers 11h30, ce sera le flash info et la météo. Tout de suite, J.Poli, c'est à vous pour "C'est à vous", sur Antenne 2. L'invitée d'aujourd'hui, Très bonne journée.
– A.-E.Lemoine: Visionnaire. Il a cité "C'est à vous" à 2 reprises.
– Eugène Leclercq : Il était mignon, magnifique. Quel talent, je trouve! Je comprends très bien que JJoubert t'ait engagé sur-le-champ.
– Olivier Minne : Je le trouve raide, mais j'ai de la tendresse pour le jeune homme.