logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h25 sur France 5

– Mon prof d'anglais l'a ensuite adopté!
– Antoine Genton : Votre livre pourrait devenir une relique, déjà parce qu'il est très bon, mais aussi parce que le nombre d'espèces animales sur la planète chute. C'est ce qu'a dit récemment le WWF dans un rapport. A quel point êtes-vous inquiet de la situation?
– Peter Wohlleben : Je ne suis pas très inquiet pour la nature. La nature survivra. Dans 50 000 ans, ily aura 3 km de glace au-dessus de ce studio. Ce sera la prochaine glaciation. Paris sera remplacé par une forêt. Ce n'est qu'une question de temps. Mais nous devrons nous inquiéter pour nous-mêmes. C'est notre maison que nous détruisons. Nous n'avons pas 50 000 ans pour y remédier. Il faut agir maintenant! Je pense qu'il faut le faire surtout avec de l'amour plutôt qu'avec des lois.
– A.-E.Lemoine: Tout d'un coup, on visualise ce studio sous 3 m de glace. C'est assez angoissant!
– Antoine Genton : Vous avez dit à plusieurs reprises que si les arbres pouvaient voter, ils ne voteraient certainement pas à droite. Et les animaux, vers quel camp pourraient-ils se tourner?
– Peter Wohlleben : Je crois que les animaux ne voteraient pas non plus à droite! L'évolution et la nature... Le capitalisme détruit la planète. Les animaux, l'évolution, ça veut dire survivre ensemble en tant que communauté sociale. C'est ce que font les animaux. Bien sûr qu'il y a des égo' l'stes parmi eux, mais ce ne sont pas eux qui survivront le mieux.
– A.-E.Lemoine: "La Vie secrète des animaux", c'est beau et fascinant. Cette biche habite dans votre forêt? Ce n'est pas une biche, d'ailleurs. Si? C'est votre forêt... si cette photo a été prise dans ma forêt, mais elle pourrait tout à fait être prise chez moi.
– A.-E.Lemoine: Vous avez de la chance, P.Wohlleben, d'habiter dans une si belle forêt en Allemagne. Merci d'être venu nous parler de la vie secrète des animaux. Tout de suite, c'est la vie secrète de M.Switek et sa rubrique.
– Maxime Switek : Bonsoir, Anne-Elisabeth, E.Leclercq et P.Wohlleben. Bonsoir, O.Minne. je le vois essayer de faire du café à Fort Boyard!
– Maxime Switek : "Essayer", c'est le bon mot.