logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h30 sur France 3

–  B. Cabanes : C'est un des grands changements, on est en guerre sans le déclarer, tous les rituels d'entrée et de sortie de guerre ont complètement disparu.
– S. Aramon : Des articles d'une dizaine de pages, très pointus mais accessibles au grand public...
– B. Cabanes : Oui, avec des thématiques passionnantes, par exemple sur l'environnement, un thème très porteur sur lequel des historiens commencent à travailler.
– S. Aramon : Un grand merci d'avoir accepté notre invitation. Une interview enregistrée dans les conditions du direct ce soir. Pour suivre les célébrations de la fin de la guerre, consultez notre application Franceinfo. France Télévisions se mobilise pour l'événement: édition spéciale demain, samedi, dans le 19/20, en direct du mémorial de l'Armistice, à Compiègne. Dimanche 11 novembre, le centenaire de l'Armistice sera retransmis en direct sur France 2. Venons-en au projet d'attentat qui visait Emmanuel Macron. Le groupuscule d'extrême droite neutralisé mardi avait bien l'intention de passer à l'acte cette semaine. Sur les 6 personnes interpellées, 4 sont toujours en garde à vue...
– Emmanuel Macron aurait pu bel et bien être poignardé au milieu de la foule mercredi dernier à Charleville-Mézières. Les membres de l'ultra droite arrêtés la veille sont passés aux aveux: oui, ont-ils admis, il y avait bel et bien un attentat prévu contre le président de la République. Derrière ce projet terroriste, Jean-Pierre B, 62 ans, retraité, ancien négociant en bois et membre d'un groupuscule identitaire d'extrême droite appelé "les Barjols". Il animait lui-même la page Facebook du groupe pour le département de l'Isère où il vivait. Début septembre, il poste notamment cette phrase... Sur la page également, des critiques contre Emmanuel Macron, dénonce les excès de la mondialisation et du capitalisme. Jean-Pierre B, accompagné d'un autre suspect, avait quitté lundi en voiture la commune où il résidait, en Isère. Il a été arrêté mardi matin à Bouzonville, en Moselle, département où se rendait dans le même temps Emmanuel Macron.