logo Le moteur de recherche de la télé

Soir 3


diffusion le samedi 10 novembre 2018 à 0h30 sur France 3

– cette mémoire qui est transmise. Vous dites que la guerre est un acte culturel, ce n'est pas plutôt l'art de la violence?
– B. Cabanes : Oui, ce que je veux dire, c'est que l'on combat avec ce que l'on est et en fonction de l'image qu'on se fait de l'ennemi. Ce qui me frappe en 14-18, c'est la violence des représentations de l'ennemi, la haine de l'ennemi... Finalement, l'une des sources majeures de la mobilisation.
– S. Aramon : Et il y a le ferment du conflit qui suit. La guerre n'est pas terminée le 11 novembre 1918, elle se poursuit...
– A. Rakoto : Bien sûr, on compte 27 conflits entre 1919 et 1923, c'est énorme. Une grande partie de l'Europe centrale est encore en guerre, il y a des guerres civiles en Allemagne et en Russie, bref, une violence qui se poursuit pendant des années.
– S. Aramon : Comment conserver la mémoire de cette guerre, la Der des Der c'était il y a 100 ans?
– B. Cabanes : On la conserve parce que les familles la conservent, c'est la ferveur de la mémoire familiale. Il y a ce qu'on a appelé la "grande collecte"... Vous savez, on a demandé en 2014 aux familles d'apporter aux archives départementales des objets, des photographies, des choses qu'ils avaient dans leurs greniers... Ce qui me frappe, c'est l'extraordinaire mobilisation, des gens qui sont venus apporter des documents qui sont des sources inépuisables pour les historiens.
– S. Aramon : Votre travail est colossal: six années de travail, une cinquantaine d'auteurs...
– B. Cabanes : Pas seulement des historiens, aussi des anthropologues et des sociologues, venus de six pays différents.
– S. Aramon : Quel était le propos?
– B. Cabanes : De couvrir deux siècles de guerres, de montrer combien elle avait changé finalement et combien nous étions dans un autre monde que celui de 1914. On est passé d'une guerre des Etats nations, le modèle central au XIXe siècle, à une guerre qui est plutôt devenue une guerre de guérilla, de petites unités sur le terrain, c'est complètement différent...
– S. Aramon : Il est vrai que la France n'a pas déclaré l'état de guerre depuis 1939...