logo Le moteur de recherche de la télé

Les grands du rire


diffusion le samedi 16 décembre 2017 à 13h30 sur France 3

capture
– C'est une idole qui est devenue une icone.
– Tu me dis que tu l'aimes. Je sais que tu dis vrai. Et pourtant, moi, je t'aime bien plus fort, en secret. Un matin, quand il partira, quand tu pleureras, dis-toi bien que tu vivais tes tendres années. Dans tes yeux, la lumière n'est là que pour lui. Le sais-tu ? La lumière, ça n'est pas infini. De ne voir en lui que l'espoir, au jour des regrets, dis-toi bien que tu vivais tes tendres années.
capture
– Brassens et Hallyday sont les deux pôles de tes amitiés. Comment on devient un symbole... Il faut lui demander quand il a senti que ça accrochait.
– Je n'ai rien senti du tout. Un jour, je suis allé voir un film avec un chanteur qui faisait un genre inconnu en France.
Ce monsieur s'appelait Elvis Presley. Le film s'appelait "Loving you". A cette époque, je jouais de la guitare classique. Je l'ai troquée contre une guitare électrique. C'est comme ça que j'ai commencé à chanter. Je chantais aussi des chansons folkloriques américaines. Et des chansons de gosses. Je chantais "Davy Crockett".
– Davy. Davy Crockett. L'homme qui n'a jamais peur.
– Souvenirs, souvenirs. Je vous retrouve dans mon coeur. Et vous faites refleurir tous mes rêves de bonheur. Je me souviens des soirs de danse. Joue contre joue. Des rendez-vous de nos vacances. Quand nous faisions les fous. De nos beaux jours de l'été. Lorsque nous partions cueillir mille fleurs, mille baisers. Et pour mieux garder dans ma tête les joies de la belle saison, souvenirs, souvenirs, il me reste nos chansons. Regarde un peu celle qui vient.
C'est la plus belle de tout le quartier. Et mon plus grand désir, c'est de lui parler. Elle aguiche mes amis, même les plus petits. Pourtant, pour elle, j'ai pas l'impression d'exister. Mais tout ceci ne m'empêche pas de penser cette fille-là, mon vieux, elle est terrible. Regarde un peu, cette voiture. On la dirait vraiment faite pour moi. Et il doit faire bon rouler avec ça. Hélas, lorsque je pense au prix de l'essence, je perds subitement l'envie de me la payer. Mais tout ceci ne m'empêche pas de penser, cette voiture-là, La nuit, quand revient la nuit, tout seul, je m'ennuie.
capture