logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le vendredi 15 décembre 2017 à 13h00 sur TF1

capture
– L'esprit de Noël est bien installé, en Provence.
– J-P Pernaut : Des bons plats, des marchés et des cadeaux que le père Noël déposera peut-être au pied du sapin. Parmi eux, des petites voitures. Les enfants adorent et les collectionneurs
– A chaque fois qu'il passe devant sa collection, Patrick Jagot est incapable de résister. Dans ces camions au 1/24e, il retrouve l'ambiance et tous les détails qui lui rappellent son ancien travail de chauffeur routier.
– A l'intérieur, on a tout, même le frein à main. C'est un frein à main à crémaillère. Et même le coupe-circuit. cou pe-circu it.
– Dans les années 60, ces camions français faisaient le charme des routes nationales.
– Ces véhicules avaient une odeur particulière. Les Berliet avaient quand même une odeur de cuir à l'intérieur, une odeur d'huile chaude quand ça tournait.
capture
– Pour créer ces mini machines à voyager dans le temps, François Maquaire, leur concepteur, se fait d'abord enquêteur. A chaque nouveau projet, il doit trouver un modèle d'époque pour en faire son portrait-robot.
– Evidemment, on a pris toutes les cotes des cadrans. On a des photos de détails de tous ces cadrans qui vont être reproduits. Il faut rechercher la documentation technique, trouver des gens qui ont un modèle d'origine.
– Les prototypes de ces miniatures sont ensuite vérifiés au millimètre. La production des modèles en métal se fait en petite série en Chine. Comptez 250E pour un de ces camions d'exception.
– Sur le marché, il n'y avait pas de modèles de camions français de cette époque, les années 50-60. J'ai décidé de lancer la fabrication moi-même. Je dois être peut-être le client le plus difficile.
– Pour les autres passionnés de détails automobiles, il existe tout un monde d'artisans spécialistes dans la voiture miniature au 1/43e.
– La résine, c'est le matériau de base pour réaliser nos modèles réduits.
– Alexandre Martin est opticien. Surson Sur son temps libre, il fabrique des modèles impossibles à trouver en magasin.
– Suspense. C'est un beau démoulage. Faire cette variante de la XM Durisotti, qui est rallongée à l'arrière de quelques centimètres, aucun industriel ne va s'y intéresser, parce que cette modification ne sera qu'effective pour les véhicules de gendarmerie ou des pompes funèbres.
– Après la peinture, il faut équiper la miniature comme une véritable automobile. Alexandre passe quelques heures, voire plusieurs jours, sur chaque modèle. Dans l'année, il en fabrique une soixantaine et livre ses exigeants clients dès qu'il le peut. Arthur est encore lycéen. Il est tombé amoureux des petites voitures à l'âge de 5 ans. Aujourd'hui, il y consacre toutes ses économies et une bonne partie de son temps.
– Je les cherche par Internet avec des contacts, des relations. Parfois à l'autre bout du monde pour des modèles vraiment exclusifs.
– En fonction des acquisitions, les modèles sont plus ou moins réduits. La seule chose qui ne change pas pour ces collectionneurs, c'est la vénération démesurée qu'ils ont pour ces miniatures.
– J-P Pernaut : On revient à la magie de Noël avec son importance religieuse autour de la crèche. Un événement magnifique dans le Rhône: 130 crèches exposées dans les ruelles d'un village. L
capture