logo Le moteur de recherche de la télé

C'est au programme


diffusion le vendredi 15 décembre 2017 à 10h00 sur France 2

capture
– Sur une estrade.
– Et voilà ce que ça a donné. Je ne pensais pas être à ce niveau, il y a 37 ans. Même pour moi, c'est étonnant, et je me demande, tous ces gens que je vois chaque jour, il y a 2 000, 3 000 personnes tous les jours, actuellement...
– Waouh.
– Lo' l'c. C'est Pierre, qui fait passer les castings ?
– Oui. C'est vous ?
– Absolument.
– Un beau métier.
– Plusieurs fois par an.
capture
– Ça la fait rire, Sophie.
– Parce qu'on recherche de très belles filles et de très beaux garçons, qui sont de magnifiques danseurs.
– Vous expliquez le lieu. On arrive par le hall, puis on se rend au restaurant.
– Oui, il y a les deux restaurants, le Majestic, avec 800 places, et un autre avec 160 places, où on passe d'abord déjeuner ou dîner. Et après ça, on part dans un théâtre de 1 000 places où il y a cette grande revue, "Miss et mystère".
– La spécialité du lieu, c'est votre foie gras. Sophie aime le foie gras. Combien faites-vous de foies gras par an ?
– C'est la fête tous les ans, toute l'année et sur 21 menus, il y a du foie gras. Je crois qu'on passe dans les 5 tonnes par an.
– 5 tonnes, c'est pas mal. Je vous propose qu'on se retrouve tout à l'heure sur scène.
– Fait maison.
– Après, il faut éliminer.
– On va aller éliminer sur scène, les filles répètent. A tout à l'heure.
– Il y a combien de danseuses, à peu près, sur scène ?
– La revue, dans l'ensemble, c'est 21 danseuses ?
– Oui, il y a 35 artistes.
– 35 sur scène, c'est Las Vegas. On passe à la truffe, Alexandre.
– On a trouvé de la truffe blanche, dernièrement et régulièrement dans les Yvelines. Ce garçon était dans son champ, il voyait des trucs bizarres qui dépassaient sur la pelouse. Ce sont des truffes de la Saint-Jean qui poussent à foison chez lui. 600g ramassés en une saison, allez faire un tour sur les terres de Montchauvet.
– Je vais vous faire une révélation sur la truffe blanche. C'est une truffe noire, mais c'est pas la vraie qui vaut 1 000 à 1 500 euros le kilo.
capture