logo Le moteur de recherche de la télé

Journal


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 13h00 sur TF1

capture
– Et surtout, on a un retour clientèle. Les gens sont là pour le plaisir. C'est chaleureux. Il y a des échanges. C'est un bon moment.
– Quand on est gourmand, on ne se refait pas.
– Ce sont des choses que vous pouvez offrir à Noël?
– Oui. On les offre et on aime aussi les recevoir.
– Noir ou au lait, nature ou garni, il ne reste plus qu'à trouver son chocolat et à se laisser tenter.
capture
– J-P Pernaut : On va pousser la porte d'un musée de poupées.
– Dans la ville close de Guérande, une ancienne chapelle abrite comme un temple de la poupée ancienne.
– Le paradis pour les fabricants de poupées.
– Parmi les plus connues pour ses beaux yeux bleus, voici la Bleuette. Elle évoque tout de suite beaucoup de souvenirs aux petites filles du siècle dernier.
– Les Bleuettes, pour notre génération, c'est la semaine de Suzette. Ce sont les journaux que l'on avait quelquefois pour Noël. On nous offrait un abonnement à la Semaine de Suzette, mais il y avait quelques petites recettes, tous les modèles de robes qu'il fallait qu'on fasse.
– Avant d'être popularisées, usinées en série, les poupées étaient uniques.
– Vous avez la poupée la plus ancienne du musée: 1830.
– Les poupées, à l'époque, avaient des têtes en porcelaine, des vêtements de belles étoffes.
– Je trouve ça fabuleux, la façon dont elles sont faites. Ce sont de vraies oeuvres d'art. Tout ce qui est fait au XIXe, ça n'a rien à voir avec les poupées de maintenant, en plastique. Même les Barbies... Elles ont beau être très belles, je trouve que ça n'a rien à voir.
– Vous êtes dans le carré du XIXe siècle. C'est l'âge d'or de la poupée. Avant, la poupée en France n'était pas faite pourjouer.
capture