logo Le moteur de recherche de la télé

Le 12.45


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 12h45 sur M6

capture
– Chantal a grandi entre ces arbres. Ces terres appartenaient à son père. Alors lorsque celui-ci est tombé gravement malade, elle n'a pas
– J'ai tout abandonné, j'ai quitté mon travail, ma vie, etje suis venue prendre la relève pour le seconder.
– Elle qui était esthéticienne sur le continent. Elle a tout appris à ses côtés pendant un an, avant sa disparition, en août dernier.
– C'était impossible de laisser ce patrimoine, de l'abandonner, parce qu'il fait partie de notre vie.
– Aujourd'hui, elle gère une exploitation de 34 hectares qui produit 850 tonnes de clémentines chaque année.
capture
– Ça change, mais ça reste toujours l'embellissement de quelque chose. Maintenant, j'embellis mes clémentines.
– Ses fruits bénéficient d'une indication géographie protégée. Elle les vend en moyenne 2,50 euros le kilo. Mais ils ne finissent pas tous sur A quelques kilomètres au nord, à Cervione. Une autre femme a également misé sur les clémentines. Pourtant, Muriel Crestey, 45 ans, ne travaille pas dans l'alimentaire.
– Là, on va faire du zeste de
– Ce qu'elle recherche dans cet agrume c'est son huile essentielle.
– On va simplement enlever ce zeste et distiller ce zeste, on aura une bien meilleure concentration en huile essentielle.
– Plusieurs heures de distillation pour obtenir ces quelques gouttes.
– C'est ça, vraiment cette sélection du fruit, qu'on va garder pour faire notre nettoyant démaquillant à la clémentine de corse.
– Muriel est ingénieure agricole de formation. Elle a développé une gamme de cosmétiques aux ingrédients locaux.
– Quand on est dans un territoire, autant travailler les typicités de ce territoire. On est sur des produits totalement Et pour le coup, 100 % corses.
– Selon elle, ce fruit a de nombreux
capture