logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 23h30 sur France 5

capture
– Merci du conseil, mais je n'en ai pas besoin pour avoir de la fermeté. Je ne fais aucune concession sur les sujets de santé et d'environnement.
– Ségolène Royal : Je cherche à faire interdire le glyphosate. Quelques jours plus tard, l'autorisation du glyphosate a été reconduite pour 5 ans.
– Patrick: Que fallait-il faire?
– Ségolène Royal : La bloquer. C'est ce que je faisais quand j'étais ministre de l'Environnement. J'ai bloqué l'adoption Aujourd'hui, il a été autorisé.
capture
– Patrick: Qu'est-ce que la France aurait dû faire?
– Ségolène Royal : Surveiller le vote des Allemands. Pour ça, il faut être autour de la table, intervenir et compter les voix. Ça n'avait pas été facile de bloquer le glyphosate lorsque j'étais ministre de l'Environnement. Là, c'est un gros raté. Même A.Merkel a désavoué son ministre de l'Agriculture qui a voté pour le glyphosate.
– Patrick: S'il n'y avait pas eu d'accord, la décision européenne aurait peut-être été encore pire. C'était prévu sur 10 ans, au départ.
– Ségolène Royal : Mais non. Dès que vous lâchez... On les connaît, les lobbys de la chimie. Ils ont eu une autorisation pendant 10 ans. Ils savaient que ça allait s'arrêter. Si on reconduit, ils se demandent pourquoi se donner du mal. Tous les industriels qui investissent dans les produits non chimiques de substitution sont découragés. Ils se disent qu'ils ont investi, payé de la recherche...
– Patrick: La promesse d'E.Macron et d'E.Philippe d'interdire au plus tard dans 3 ans sur le territoire français...
– Ségolène Royal : Ça va dans la bonne direction, mais ça demande des efforts. Et on est isolés. Les investissements dans ce domaine sont à dimension européenne et internationale. On a besoin d'une force de frappe financière importante pour mettre au point les produits de substitution qui existent. Mais la mauvaise monnaie chasse la bonne.
– Patrick: Il n'y avait pas une majorité de pays pour interdire plus rapidement.
– Ségolène Royal : C'est faux. Le vote allemand a fait basculer les choses.
capture