logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 23h30 sur France 5

capture
– Je reçois des témoignages depuis cette tribune sur France Inter vendredi dernier. Des gens me racontent des choses encore pires. Ma grand-mère sait qu'il y a
– Anne-Elisabeth: Elle lit la presse et sait ce qu'il se passe.
– Frédéric Pommier : Son cerveau fonctionne encore très bien. Elle refuse qu'on la traite ainsi et elle veut qu'on dise que ça s'appelle de la maltraitance parce que ça en est.
– Anne-Elisabeth: Ily a une infantilisation. Elle ne supporte pas qu'on l'appelle "la petite mamie".
capture
– Frédéric Pommier : Exactement. Des aides-soignants disent que, parfois, ça leur évite d'avoir à donner le nom de famille et que c'est affectueux. Mais ce sont des hommes et des femmes qui ont un prénom et un nom de famille. Ils ont eu une vie avant. "Petite mamie" ou "petit papy", c'est infantilisant.
– Anne-Elisabeth: On lui parle comme à une enfant.
– Frédéric Pommier : Suzanne parle avec son langage des années 50 ou 60. Elle ne dit pas "s'ilvous plaît". Elle dit "vous seriez gentil de bien vouloir m'apporter ce petit gilet..." Elle s'entend rétorquer: "On dit s'ilvous plaît". Elle a du mal à l'encaisser. Ily a aussi l'humiliation. Ily a cette scène indicible où une auxiliaire lui met des matières fécales sous le nez.
– Frédéric Pommier : Oui, des matières fécales qu'elle avait dû laisser tomber en devant La personne qui fait le ménage lui a mis sous le nez. Ma grand-mère m'a dit qu'on allait la prendre pour une folle si elle le racontait.
– Anne-Elisabeth: On lui a demandé des comptes.
– Frédéric Pommier : C'est effectivement de l'humiliation.
– Anne-Elisabeth: C'est pourquoi vous avez décidé d'écrire cette tribune. C'est votre grand-mère qui vous l'a demandé?
– Frédéric Pommier : Elle ne me l'a pas demandé, mais elle en est très heureuse.
Elle trouve qu'on n'en parle Elle est heureuse pour elle parce qu'elle trouve que c'est une marque d'attention et de respect de parler de ce qu'elle peut connaître dans ces établissements. Elle est heureuse aussi pour tous ceux qui n'ont pas la parole, parce qu'ils sont très nombreux.
capture