logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 23h30 sur France 5

capture
– Les gens sont butés des 2 côtés. C'est très difficile de trouver un compromis.
– Patrick: On a compris que vous étiez pour le réaménagement de Nantes Atlantique et l'évacuation de la ZAD.
– Ségolène Royal : C'est ce qu'il y a de plus réaliste.
– Patrick: Vous êtes la seule personnalité nationale à donner raison aux nationalistes corses désormais majoritaires dans les urnes. Vous dites qu'il faut accéder à leurs revendications?
capture
– Ségolène Royal : Il faut respecter le vote intervenu en Corse. Il y a souvent des caricatures de ce qui est fait. Je crois au travail par la preuve. Pendant 3 ans, j'ai travaillé avec eux sur les questions environnementales. En 3 ans, ils ont fait ce qui n'avaitjamais été fait pendant les 20 ans précédents. On a créé un parc marin...
– Patrick: Les institutions de la République, c'est autre chose. La co-officialité de la langue corse n'est pas une petite affaire.
– Ségolène Royal : Je ne me suis prononcée que sur la langue. Je trouve que c'était une revendication légitime. Quand un Premier ministre français est sorti de l'assemblée corse parce qu'ily avait un discours une langue reconnue, au baccalauréat, comme le breton...
– Patrick: Vous êtes pour la co-officialité de la langue corse?
– Ségolène Royal : Je suis pour ce débat. La disparition des cultures régionales est un vrai problème. Je reviens de Laponie. Vous savez combien ily a de langues officielles, Rien que pour la Laponie, ily en a 3.
– Marion: Nous ne sommes pas tous lapons.
– Ségolène Royal : Ça ne les empêche pas de vivre. Il faut arrêter de dramatiser des sujets. A une époque, on mettait des Corses en prison parce qu'ils utilisaient leur drapeau corse.
– Patrick: Ah bon?
capture