logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 22h20 sur France 5

capture
– C'est autour de 250, maintenant. Le budget de l'Etat est à peu de choses près de 330 milliards. Il y a des situations extrêmement particulières et différentes les unes des autres. Certains territoires vont mal, mais d'autres vont bien. On ne peut pas faire ce débat sans faire l'économie d'un débat sur la qualité des élus. Ily a de bons gestionnaires et d'autres qui sont mauvais. Prenons la Vendée, par exemple.
Elle est reliée au TGV. Ily a un certain nombre de chômeurs. Les collectivités territoriales jouent leur rôle d'incitation. Il y a d'autres territoires qui sont bien plus dévitalisés. Ily a une longue tradition de la complainte. On arrive à Paris, on vient réclamer un peu d'argent et après, on voudrait mettre un mouchoir sur l'utilisation de cet argent. Non, il faut donner la prime aux bons. Macron voulait conditionner le soutien financier à des règles de bonne gestion. A mon avis, c'était la bonne stratégie.
capture
– César Roux : En début de reportage, on a entendu le Premier ministre qui parlait des commerces de quartiers qui ont disparu, la boulangerie remplacée par une agence bancaire ou un opticien, les rues qui sont parfois désertes, de très beaux centres historiques à l'abandon parce que certaines mairies n'ont pas les moyens.
C'est de ces villes-là que parlait aussi le Premier ministre. Suffit-il de dire qu'on met une enveloppe sur la table? Ça fait combien d'années que le mouvement est enclenché?
– F.Guinochet: Ça ne suffit pas. Prenez la capitale de la chaussure, en Isère. Elle a énormément trinqué à la fin des industries. Des ateliers ont été fermés. Aujourd'hui, un élu a une vraie volonté politique pour sortir une ville de l'enclavement. La difficulté en France, c'est qu'il faut faire des choses ciblées.
On n'arrive pas à l'accepter en France. Ily a des endroits où il faut mettre le paquet. C'est pareil dans l'éducation, dans le traitement du chômage. C'est pareil pour une revitalisation du territoire. Derrière, il faut partager le gâteau. Du côté des élus, quand il s'agit de partager, plus personne ne veut jouer le jeu.
capture