logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 22h20 sur France 5

capture
– Des autorisations sont délivrées. Quand elle dit ça, les outils sont toujours là, mais le mal est fait. Les mètres carrés ont été cédés. A certains endroits, certaines parties des zones sont en train de se dévitaliser, parce qu'une grande surface a ouvert de l'autre côté de la ville.
– César Roux : Ce sont les grandes contre les grandes surfaces?
– Jérôme Fourquet : Plutôt les magasins annexes.
capture
– Béatrice Giblin : Les galeries commerçantes. C'est extrêmement cher de s'installer dans une galerie. Il y a des contraintes d'ouverture. Les plages horaires Quand vous n'avez pas le client en nombre suffisant, ça vous coûte cher. Il n'y a rien de plus triste qu'une galerie commerçante en train de se casser la figure. C'est franchement pire que le petit commerce de centre-ville. Néanmoins, il faut aussi donner plaisir à être dans le centre-ville.
– César Roux : C'est ce que disaient les gens dans le reportage.
– Béatrice Giblin : Il faut que ce soit agréable d'aller en centre-ville. Il faut qu'on retrouve du plaisir à faire ses courses, à échanger Il y a tout un travail à faire, avec des rencontres, du "vivre ensemble".
– César Roux : Et si on reste sur la question des centres commerciaux... Ça fait longtemps qu'ils s'étalent. L'Etat refuse d'utiliser un moratoire national sur toutes les extensions.
– Paul Perri : Il a raison. A certains endroits, il manque des mètres carrés. La concurrence commerciale s'apprécie par zone de vie. Le gouvernement est invité à faire de la dentelle, à rentrer dans le détail. du commerce alimentaire. A d'autres, ily en a trop. Peut-être qu'on a mal construit. On ne va pas refaire l'histoire. Il faut être un peu plus girondin, moins jacobin, et permettre aux élus locaux d'apprécier la situation locale. Ils la connaissent mieux,
– César Roux : Ce sont eux qui prennent les décisions.
capture