logo Le moteur de recherche de la télé

Entrée libre


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 20h20 sur France 5

capture
– Son style est défini par sa façon de tailler. C'est une technique directe de taille de la pierre qu'il a prise à Brancusi et Epstein, qu'il connaissait bien. Toutes ces influences entrent en jeu dans sa sculpture. Les lèvres épaisses, les visages allongés, les yeux vides, en forme d'amande...
– Je pense que c'est à travers ces expérimentations avec la sculpture qu'il a créé un style qu'il a transposé dans ses oeuvres en 2 dimensions.
– Ily a plusieurs raisons pour lesquelles il a abandonné la sculpture. La 1re, c'est le manque de matériaux. C'était la Première Guerre mondiale. Il vivait aussi avec la tuberculose. La poussière pouvait endommager ses poumons. Ses peintures se vendaient très bien. Son marchand l'a peut-être encouragé à travailler sur toile.
capture
– Illustre peintre de la bohème parisienne, il passe du Bateau-Lavoir de Montmartre au quartier de Montparnasse, fréquente les cafés et prend l'habitude de peindre son entourage.
– Pendant la guerre, il peint beaucoup de portraits de ses amis, d'autres artistes, comme Picasso...
– Il y a D.Rivera, mais aussi son amante, B.Hastings, qui était une éditrice accomplie et reconnue.
– Des artistes qui étaient là parce qu'ils n'étaient pas français et donc pas au front. Il peint aussi des critiques, comme J.Cocteau. Ce sont des personnes avec qui il traînait au bar ou allait au restaurant. Ce sont des gens de son milieu.
– Ses tableaux sont le "qui est qui" du Paris des années 1910.
– Dans ses portraits reconnaissables et à l'introspection fascinante, il représente ses modèles le plus souvent assis. Qui dit Modigliani dit nus. Cela ne représente que 10 % de son oeuvre. Des classiques de l'art moderne. Lorsqu'ils sont exposés en 1917 à la galerie Berthe Weill, ils font scandale.
capture