logo Le moteur de recherche de la télé

C dans l'air


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 17h45 sur France 5

capture
–  B.Giblin: Oui, surtout que Le Havre présentait un certain nombre de difficultés. La ville a connu un taux de chômage très important. L'Etat a énormément investi dans son port, mais ça n'a pas donné les résultats attendus. En une nuit de bateau, on est à Rotterdam et on trouve du fret. Economiquement, c'est plus intéressant. C'est une ville pour laquelle il y avait de gros efforts à faire. L'opération réalisée avec l'anniversaire du Havre, les 500 ans, a été incontestablement une réussite.
– César Roux : Il a donc la casquette des territoires?
capture
– Paul Perri : Oui. Le Havre était la ville du communisme municipal.
– Béatrice Giblin : Ça fait un moment que c'est fini.
– Paul Perri : Mais ça a laissé des traces. Le tournant commence avec Rufenacht et E.Philippe complète la stratégie de retournement de la ville. Aujourd'hui, c'est une ville avec des étudiants, plutôt prospère, avec une activité économique importante. La question est de savoir si le Premier ministre arrive avec un message un peu à caractère girondin. Dans le domaine des collectivités, ily a un principe de fiscalité qui est la non-affectation des ressources aux charges. On paye des impôts qui tombent dans une grande caisse et l'Etat redistribue en fonction de sa représentation E.Philippe arrive-t-il avec la volonté de la réforme? E.Macron et lui veulent-ils rendre une partie du pouvoir au terrain tout en conservant la fonction de l'incitation et du contrôle? Veulent-ils donner aux territoires, comme les élus l'attendent, un peu plus de pouvoir, de prérogatives et de capacités de financement de leurs projets?
– César Roux : Le fait qu'il se soucie de "la France des oubliés", pour citer M.Le Pen, parce qu'E.Macron en a assez peu parlé, qu'est-ce que ça raconte?
capture