logo Le moteur de recherche de la télé

Toits de Paris, des jardins extraordinaires


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 16h35 sur France 5

capture
– Chaque matin, Marie se lève à l'aube pour faire son marché.
– Je regarde mes SMS. J'ai mes commandes par SMS. Je sais qu'il me faut 100 g de feuilles de capucine. Je sens déjà le poivre, rien qu'à les arracher. Ça sent assez fort. Je leur envoie des photos au fur et à mesure des plantes qu'on a, et puis, ils me passent commande.
capture
– Pour ces jardiniers de l'urbain, pas question d'utiliser de pesticides ou d'herbicides. C'est interdit.
– C'est un peu la jungle.
– Les cassis se plaisent bien ici. Pour qu'ils donnent des fruits, on évite de les tailler trop. Je vais prendre quelques fraises. L'enjeu, c'est de cueillir le matin pour que ce soit dans l'assiette le midi. C'est vrai qu'il faut un peu se dépêcher. C'est un peu la course. quand je sors du jardin et que je reviens au niveau du sol, avec le bruit des voitures, la circulation, ça me fait un petit choc parce qu'on oublie qu'on est en ville. Dans un endroit comme ça, on entend les oiseaux, les abeilles, le petit bruit de l'eau. Ça sent la verveine, la Tagète mandarine, le basilic, les feuilles de tomate. C'est dur de revenir à la vraie vie. On a même des fleurs. Regardez celle-ci. Ça s'appelle un lys d'un jour. Elle fleurit le matin et fane le soir. Pour les restaurateurs, c'est impossible de se les procurer. Avec le temps de transport, elles arrivent fanées.
– En 2014, lorsqu'il imagine ce jardin suspendu, Yohan Hubert ne pense pas obtenir de tels résultats.
capture