logo Le moteur de recherche de la télé

Continent de glace


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 15h40 sur France 5

capture
– Il faut déblayer pour sortir d'ici. Toutes les portes sont fermées.
– Pendant la tempête, personne ne sort de la base. Ou presque. Seuls les scientifiques, qui doivent effectuer leurs relevés, se risquent à sortir. Le calme revient. L'entretien des turbines peut avoir lieu. Comme beaucoup de choses ici, les éoliennes ont été adaptées pour résister aux conditions extrêmes.
capture
– La 1re année, elles étaient toutes par terre. On a mis des renforts en acier pour éviter que ça, ça casse. Ça a l'air de marcher, ça fait 2 ou 3 ans qu'elles sont en fonctionnement et elles tiennent le coup.
– Le vent presque constant, en Antarctique, est un atout pour la station. Ces éoliennes fournissent une partie de l'énergie du bâtiment. Le reste vient du soleil. La station ne consomme pas de carburant fossile. Un concept unique à l'endroit le plus froid de la Terre. L'électricité est utilisée avec parcimonie.
A l'heure de préparer le repas, David, le cuisinier, dispose du courant nécessaire. Le mini-réseau d'électricité adapte la fourniture d'énergie aux besoins des occupants. je suis prioritaire, les gens vont venir manger. La capacité électrique m'est réservée pour faire fonctionner mes appareils. Admettons que je fasse la demande entre 8 et 10 h, il ne va pas spécialement me la donner. S'il n'y a pas assez d'électricité, il me dira que je ne suis pas prioritaire, qu'elle est réservée pour les scientifiques et pour les bureaux, par exemple. Doncje n'en aurai pas.
– Contrairement à la grande majorité des stations de recherches scientifiques, Princess Elisabeth est située à l'intérieur du continent. Son environnement montagneux attise l'intérêt des chercheurs, car les montagnes sont rares en Antarctique. Ou plutôt elles sont bien cachées par la calotte polaire, ce couvercle de glace qui recouvre le continent. Denis est sismologue à l'observatoire royal de Belgique. Il étudie les déplacements des glaciers près de la station.
– Ce continent, c'est un continent comme l'Europe. Il faut imaginer l'Europe, un petit peu plus grand, avec 2,5 km de moyenne de glace qui appuient sur ce continent.
capture