logo Le moteur de recherche de la télé

Continent de glace


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 15h40 sur France 5

capture
– Monter un abri rapidement est nécessaire, surtout en cas de coups de vent. C'est important de bien dormir, car avec cette lumière permanente, on serait tenté de s'activer, on en oublierait de se reposer.
– Le lendemain, l'équipe se met en route pour effectuer les premières mesures sur la banquise, à une dizaine de kilomètres du camp de base. Ils entament une lente descente vers la mer, qui peut s'avérer délicate. Principal danger : les crevasses.
capture
– C'est un immense glacier qui avance, à peu près de 150 m par an. Et donc toutes ces glaces bougent... Ce sont des forces qui s'opposent, et donc on a ici une grande lèvre où visiblement, ça s'écarte un petit peu. L'année prochaine, ça sera peut-être 1 m de large, ou ça sera refermé et c'est ailleurs que ça va se passer. On voit un petit dôme, ce qui veut dire que quand on vient de l'autre côté, on ne voit pas la crevasse. Il faut s'arrêter à temps. C'est plein de pièges comme ça ici. On a choisi sur la longueur ici un passage, où c'est pas très dangereux, parce que la crevasse est en biais. Si je la casse comme ça ici... On voit qu'elle part en biais et que dans la partie supérieure, il y a un pont assez important.
– Le réchauffement climatique entraîne la fonte des glaciers. Qu'en est-il ici en Antarctique ? Katherine s'intéresse au rôle joué par l'océan austral. Pour le comprendre, des mesures sont effectuées sous la banquise. La couche d'eau de mer gelée.
– La glace immergée fait 17 cm, pardon, 16 cm d'épaisseur. Donc, il doit y avoir 1,50 m de glace.
– L'équipe dispose d'une sonde capable d'enregistrer certaines propriétés de l'eau de mer. Ce capteur est plongé dans l'eau glacée, jusqu'au fond de l'océan.
capture