logo Le moteur de recherche de la télé

Vivo : don de sperme artisanal, des bébés clandestins

Le magazine de la santé


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 13h40 sur France 5

capture
–  Marina: La muqueuse des bronches est tapissée de cils. Du mucus emprisonne les particules indésirables. Quand ily a un intrus, le mouvement des cils permet d'évacuer tout ça. En cas d'asthme, la muqueuse est hypersensible. Les bronches vont réagir en se contractant. C'est la bronchoconstriction. Les bronches rétrécissent et l'air passe mal. La personne se sent oppressée.
– Benoît: Le code mondial antidopage l'autorise, mais à un certain niveau seulement. Le coureur plaide la bonne foi.
capture
– Marina: On accueille un cardiologue médecin du sport, le Dr L.Uzan. Tout d'abord, qu'est-ce que cet asthme d'effort dont il souffre? C'est compatible avec une carrière sportive de haut niveau?
– Dr L.Uzan: Tout à fait. Chez les sportifs d'endurance, on a une hyperventilation importante. On peut ventiler à 150 ou 200 litres par minute.
– Benoît: Quelqu'un de normal, c'est combien?
– Dr L.Uzan: On est en dessous de 100 litres par minute. On est vraiment au-dessus de la moyenne. Cette hyperventilation, associée à la pollution, aux allergènes dans l'air, à certains sports, va induire une hyperréactivité des bronches.
On se retrouve dans la même problématique que l'asthme, sauf qu'on n'est pas vraiment asthmatique. C'est la pratique du sport qui va déclencher ce genre de choses. On peut avoir des performances tout à fait correctes ou être champion avec ce genre de pathologie, mais il faut pouvoir la traiter de façon efficace avec des médicaments comme la Ventoline.
capture