logo Le moteur de recherche de la télé

Vivo : don de sperme artisanal, des bébés clandestins

Le magazine de la santé


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 13h40 sur France 5

capture
– Ça nous permet de les orienter vers le 115. Côté médical, on a parfois des patients qui ont des problèmes de santé importants que l'on ne peut pas gérer sur le bus. Enlever une dent à une personne cardiaque, c'est difficile.
– Après le 1er rendez-vous, l'association pose une condition pour poursuivre les soins: les patients doivent s'engager à faire les démarches pour obtenir une couverture sociale adaptée.
– Si on continue les soins, il faut que les gens fassent les démarches pour obtenir la Sécurité sociale. Dans le meilleur des mondes, on ne devrait pas exister.
– Le bus est garé près d'une antenne de Médecins du monde. L'association prend le relais. Ce jour-là, de nombreux patients n'ont pas de titre de séjour. Il font une demande d'aide médicale d'Etat.
capture
– C'est un dispositif qui permet d'accéder à une aide hospitalière.
– Chaque année, près de 2000 patients passent par ce bus.
– Marina: On est un peu fatigués. P.Pelloux, on va parler des prises en charge aux urgences. On parle très peu de l'arrêt des traitements.
– Pierre Pelloux : On parle rarement de l'observance. Ily a beaucoup de gens qui arrêtent leur traitement et qui se retrouvent avec un syndrome...
– Benoît: C'est pour les maladies chroniques. Les risques sont différents en fonction des maladies
– Pierre Pelloux : Oui. Vous pouvez avoir une posologie et la molécule. Ces molécules vont s'adapter au traitement. Si vous arrêtez les traitements, vous n'allez pas avoir les conséquences immédiates. Pour d'autres molécules, si vous arrêtez brutalement le traitement, vous allez avoir des conséquences immédiates et on se retrouve avec des pathologies... L'insuline, si vous l'arrêtez, ça va avoir des conséquences dramatiques et très rapides.
– Marina: On prend plusieurs cas On commence avec les antidiabétiques.
– Pierre Pelloux : Ily a les antidiabétiques oraux et les injectables. Il ne faut absolument pas les arrêter. On rentre dans quelque chose: la surveillance des traitements. C'est formidable pour le traitement des malades. Des patients surveillent leur taux de sucre en prenant des médicaments et découvrent que le taux de sucre est normal.
capture